Cameron: "Je ne voudrai jamais que nous passions à l'euro"

le
0
 (Actualisé avec nouvelles citations) 
    LONDRES, 2 juin (Reuters) - David Cameron a assuré jeudi 
que, si la Grande-Bretagne n'appartenait pas à l'Union 
européenne, il ferait le nécessaire pour qu'elle y adhère dans 
les même conditions qu'aujourd'hui mais a promis qu'il 
n'adopterait jamais l'euro. 
    "Je ne voudrai jamais que nous passions à l'euro (mais), si 
on nous proposait les conditions britanniques, celles que nous 
avons maintenant après ma renégociation, avec le statut spécial 
dont nous disposons désormais, j'adhérerais" à l'UE, a déclaré 
le Premier ministre, qui s'exprimait dans le cadre d'une séance 
de questions-réponses avec les spectateurs de Sky News, à trois 
semaines du référendum du 23 juin sur le maintien au sein du 
bloc.  
    "Y a-t-il des choses qui me déplaisent en Europe ? Oui, mais 
je suis Premier ministre et je m'assois à la même table que 27 
autres chefs d'Etat et de gouvernement, et cette organisation me 
rend parfois fou. Mais, est-ce que je m'assois en me disant que 
la Grande-Bretagne irait mieux si nous en sortions ? Absolument 
pas !", a-t-il poursuivi.  
    Le Premier ministre s'est efforcé de s'en tenir au risque 
économique du "Brexit", mais son auditoire parfois hostile l'a 
pressé de questions sur l'immigration.  
    "Oui, nous devons faire des choses pour contrôler 
l'immigration, par exemple en limitant les prestations sociales, 
mais ce serait de la folie que de le faire en sabordant notre 
économie et en nous retirant du marché unique.  
    "Quitter le marché unique serait un acte autodestructeur 
pour la Grande-Bretagne et nous ne devons absolument pas le 
faire", a-t-il insisté.     
 
 (Andy Bruce et Elizabeth Piper, Jean-Philippe Lefief pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant