Cameron fait une concession aux eurosceptiques du Parti Tory

le , mis à jour à 18:14
0

LONDRES, 16 juin (Reuters) - Après avoir envisagé de faire coïncider son référendum sur le maintien dans l'Union européenne avec les élections locales en Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, le Premier ministre britannique David Cameron a fait machine arrière mardi face aux critiques des eurosceptiques de son Parti conservateur. Sa porte-parole a précisé que le gouvernement avait introduit dans le projet de loi organisant cette consultation un amendement excluant qu'il ait lieu le 5 mai 2016, jour de scrutin régional. Cameron, qui prône le maintien de la Grande-Bretagne dans une UE "réformée", s'était pourtant dit "ouvert" à l'idée de cumuler ces différentes élections. Dans le camp eurosceptique du Parti tory, inquiet notamment de la mobilisation en Ecosse, plus europhile que le reste du pays, on redoutait que la tenue du référendum le même jour que les élections régionales ne favorise les partisans du maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne. D'après le quotidien The Telegraph, un tiers des élus conservateurs à Westminster, dont certains ministres, seraient désormais affiliés au groupe "Conservatives for Britain" (CfB) qui militent pour un "Brexit" à défaut d'un "changement drastique" des relations entre Londres et l'UE. Pour le député Alex Salmond, ex-Premier ministre du gouvernement régional écossais et ancien chef de file du Parti national écossais (SNP), cette volte-face est un "recul humiliant" pour Cameron. La semaine dernière, lors du sommet du G7, le Premier ministre britannique s'était déjà emmêlé sur la question européenne en semblant adresser un ultimatum à ses ministres pour qu'ils restent dans sa ligne, avant de déclarer qu'il s'agissait d'un malentendu. (voir ID:nL5N0YU3ZD ) (Andrew Osborn; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant