Cameron encouragé à prendre des distances avec l'Union

le
0
David Cameron doit donner du grain à moudre à ses concitoyens eurosceptiques, partisans d'un desserrement des liens de Londres avec l'Union européenne

David Cameron est dans une position inconfortable. Très préoccupé par les difficultés de la zone euro et leur impact sur l'économie britannique, il doit en même temps donner du grain à moudre à ses concitoyens partisans d'un desserrement des liens de Londres avec l'Union européenne.

À l'issue d'une rencontre avec Angela Merkel, jeudi à Berlin, le premier ministre britannique a déclaré comprendre «pourquoi les pays de la zone euro veulent examiner une union bancaire», avant d'assurer que la Grande-Bretagne n'y prendrait pas part.

À ses yeux, il n'est pas question que les citoyens du Royaume-Uni garantissent les dépôts bancaires des Grecs ou des Espagnols. «Ce n'est pas notre monnaie», a-t-il rappelé. Tandis que l'intégration de l'Eurozone semble devoir se renforcer, il a également promis que Londres négocierait «des garanties spécifiques» de nature à préserver son indépendance. C'est la ligne du veto opposé en décembre lors de l'adoption du traité budgé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant