Cambodge : épidémie de dengue, des centaines d'enfants hospitalisés

le , mis à jour le
0
Cambodge : épidémie de dengue, des centaines d'enfants hospitalisés
Cambodge : épidémie de dengue, des centaines d'enfants hospitalisés

C'est un médecin suisse, Beat Richner, qui pousse le cri d'alarme. Au Cambodge, les deux hôpitaux Kantha Bopha pour enfants, à Siem Reap (nord du pays) et à Phnom Penh, la capitale, sont saturés à cause d'une épidémie de dengue qui sévit actuellement dans le pays. Entre samedi et lundi, 576 enfants ont été admis pour des cas de dengue et 143 d'entre-eux sont grièvement atteints.

Le médecin suisse souligne l'urgence de la situation. «Dans la nuit de lundi à mardi, une cinquantaine de cas très graves ont dû être acheminés sur l'hôpital Kantha Bopha de Phnom Penh; parmi eux 14 provenaient de l'hôpital public et 8 de cliniques privées. Tous sont dans un état désespéré parce qu'il n'ont pas été traités correctement. Ces enfants sont restés sans soins adaptés trop longtemps. Ce sont les familles qui ont décidé de les transporter en désespoir de cause chez nous, à l'hôpital pédiatrique, Kantha Bopha de Phnom Penh.»

Beat Richner dénonce par ailleurs l'inertie des autorités cambodgiennes. «L'épidémie s'est installée car les autorités locales n'ont pas fait leur travail. Elles n'ont pas distribué d'Abate aux familles cambodgiennes (NLDR : insecticide destiné à la lutte contre les moustiques par traitement des gîtes larvaires)

Contactée mardi en fin de matinée, l'ambassade du Cambodge en France n'avait pas encore donné d'information sur l'étendue de l'épidémie et sur  la situation sanitaire du pays.  En raison de cette épidée, les deux hôpitaux directement concernés sont aujourd'hui en flux tendu . «Aujourd'hui, mardi, il y a 1077 enfants hospitalisés dans un état grave, à Siem Reap, nous explique Beat Richner, fondateur des hôpitaux Kantah Bopha. Et à Phnom Penh, on en compte 1167. Lundi, nous avons accueilli en consultation externe 3187 enfants. 1894 ont été vaccinés contre l'encéphalite japonaise dans les centres de prévention.»

Les hôpitaux pour enfants Kantha Bopha traitent 85% ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant