Cambadélis sur la victoire de Syriza : «Un raz de marée contre l'austérité»

le
4
Cambadélis sur la victoire de Syriza : «Un raz de marée contre l'austérité»
Cambadélis sur la victoire de Syriza : «Un raz de marée contre l'austérité»

Le patron du PS estime que la victoire de Syriza va renforcer ceux qui veulent réorienter l'Europe.

Etes-vous surpris par cette victoire ?

JEAN-CHRISTOPHE CAMBADÉLIS. C'est un raz de marée contre l'austérité. Le peuple grec ne supportait plus la politique menée depuis des années qui a abouti à ce que 25 % de la population vive sous le seuil de pauvreté. Il était illusoire de croire que les Grecs plébisciteraient dans les urnes cette politique qui les vidait de leur sang.

Jean-Luc Mélenchon promet le même avenir au PS qu'à son homologue grec, le Pasok...

Il faut être à la hauteur du moment plutôt que de se lancer dans des querelles subalternes qui laisseraient à penser que le seul but du vote grec est de voir le Parti socialiste disparaître.

Quel impact aura ce vote en Europe ?

Alexis Tsipras, appuyé par le peuple grec, va renforcer le camp de ceux qui veulent réorienter la construction européenne et mettre définitivement fin à l'austérité. La nouvelle politique européenne doit maintenant faire plus pour la croissance et l'emploi.

Le PS va-t-il appuyer la demande de Syriza de renégocier la dette ?

Le PS n'est pas pour étrangler le peuple grec. Les socialistes français ont toujours estimé que la troïkaétait illégitime et qu'elle appliquait à la Grèce des solutions insupportables. Tout ce qui peut soulager le fardeau du peuple grec doit être envisagé, discuté et négocié.

Vous semblez soutenir Syriza alors que le PS était plus proche du Pasok...

Le Pasok a été défait en novembre 2011 lorsque M me Merkel et M. Sarkozy ont interdit au Premier ministre Georgios Papandréou d'organiser un référendum sur l'euro. Le peuple grec a été blessé de se voir imposer par la France et l'Allemagne les modalités de son action. Peu après, le Pasok en a payé le prix. Dans le même temps, Syriza s'est recentrée, acceptant de rester dans l'euro et prenant ses distances avec les positions extrêmes. Il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1961G le lundi 26 jan 2015 à 13:14

    avant je payais des impôts pour le pays , aujourd'hui je paye des impôts pour les européens . hollande a augmenter les impôts pour cela , pour satisfaire la grèce , l'espagne........voter fn en 2015 et surtout en 2017 pour payer moins d'impôts a un sens .

  • M1961G le lundi 26 jan 2015 à 13:09

    en 2012 , hollande avait fait les mêmes promesses aux français , qu'en est il aujourd'hui . merkel et les marchés financiers ont mis hollande à genoux . en réalité , hollande depuis deux ans , c'est chômage , déficit . hollande , un des pires présidents que la france a connu .

  • pichou59 le lundi 26 jan 2015 à 13:05

    que faisait mosco en grèce, c'est bien pour soutenir le gouvernement en place!!!!!! vidéo - Le Commissaire européen à l’Economie Pierre Moscovici en visite en Grèce, a prévenu mardi 16 décembre, qu'il ne se mêlerait "pas de politique" à deux jours du début d'un scrutin présidentiel qui inquiète la zone euro et les marchés parce qu'il pourrait remettre en cause l'austérité

  • boutev le lundi 26 jan 2015 à 12:54

    La même euphorie que les Français en 2012, mais le temps feras son œuvre !