Cambadélis répond à Nicolas Sarkozy : "Qui a soutenu Manuel Barroso ?"

le
1
Le premier secrétaire du Parti socialiste estime que la tribune de l'ancien chef de l'État répond à des impératifs de politique interne à l'UMP.
Le premier secrétaire du Parti socialiste estime que la tribune de l'ancien chef de l'État répond à des impératifs de politique interne à l'UMP.

La tribune de Nicolas Sarkozy dans Le Point est une critique sévère mais juste de 10 ans de droite en Europe. Elle est aussi l'annonce du retour de l'ancien président à la présidentielle, ce qui lui a valu le propos peu amène de François Fillon : "Ce n'est pas un texte anodin, mais ce n'est pas le centre de la campagne."

Voilà pour l'ambiance, un mot encore sur l'entame du papier. L'ancien président déclare : "La France a toujours coulé dans mes veines aussi naturellement que mon sang." Cette phrase plagie celle de l'immense écrivain et le plagie mal en lui donnant une coloration biologique que son auteur n'avait pas voulue. Lui dont le propos était à la fois patriotique et universaliste. "Je n'ai pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines," écrivait en effet Romain Gary, né Kacew en 1914. Capitaine dans l'escadrille lorraine, Compagnon de la Libération. L'Europe était en ce temps-là la promesse de l'aube.

Décidément, Nicolas Sarkozy n'est pas de Gaulle. Mais revenons à l'essentiel.

L'ancien président de la République reprend son programme présidentiel. Il s'agit de poursuivre le Merkozy en proposant la fusion franco-allemande assortie, pour faire bonne figure par ce temps de grand vent xénophobe, d'une proposition de Schengen 2 contre l'immigration.

Pas de quoi se pâmer ni faire voter UMP.

L'apparence de l'audace

Nicolas Sarkozy a toujours opposé l'axe franco-allemand au Conseil...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le jeudi 22 mai 2014 à 15:05

    ET qui a fait rentrer la France dans le commandement unifié de l'OTAN ? De Gaule est bel et bien mort, c'est sûr!!! Depuis le 1er avril 2014, le vote blanc est comptabilisé (loi du 21 février 2014) : Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc......A cet égard, les prochaines élections européennes seront une première....