Camargue: réhabiliter les vieilles rizières

le
0
Les chasseurs participent, aux côtés des chercheurs, à cette opération d'ingénierie écologique sans précédent.

Contrairement à une idée reçue, la Camargue n'est pas qu'une vaste zone humide peuplée d'aigrettes et de flamands roses. Ce légendaire triangle de terre formé par les alluvions déposées par le Rhône au fil des millénaires, avant qu'il ne se jette dans la Méditerranée, est aussi en bonne partie dédié à la culture intensive du riz. Mais la médaille a son revers: de nombreuses espèces végétales endogènes se sont raréfiées au fur et à mesure que les marais cédaient la place aux rizières, à partir des années 1960.

Aujourd'hui, bon nombre de ces parcelles agricoles ayant été abandonnées ou vendues, leur réhabilitation représente un enjeu écologique majeur. «Ces terres contiennent encore trop de résidus d'engrais et de pesticides. En outre, trop d'espèces végétales banales sans intérêt patrimonial se sont développées au détriment de plantes nobles», explique François Mesléard, directeur de recherches à la Fondation de la Tour du Valat - un centre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant