Calpers veut sortir des hedge funds, qu'il juge trop coûteux

le
0

16 septembre (Reuters) - Le fonds de pension de d'administration publique de Californie, premier fonds de pension américain en termes d'actifs sous gestion, va récupérer les quatre milliards de dollars qu'il a investi dans des sociétés de gestion alternative (hedge funds), qu'il juge trop complexes et trop coûteuses. Le California Public Employees' Retirement System, plus connu sous le nom de Calpers, qui gère 300 milliards de dollars d'actifs, investit dans des fonds alternatifs depuis plus de dix ans et a même été en 2002 l'un des premiers grands investisseurs institutionnels à confier des fonds à cette industrie peu réglementée. Du fait de sa taille, les décisions d'investissement de Calpers ont généralement un effet d'entraînement et des spécialistes de l'industrie de la gestion estiment que d'autres fonds de pension pourraient être amenés à revoir leurs allocations à un secteur de la gestion alternative dont les actifs totalisent près de 3.000 milliards de dollars. "Les hedge funds sont certainement une stratégie viable, mais tout compte fait et au regard de sa complexité, de son coût et de la difficulté à dégager des économies d'échelle (...) le programme de stratégies de rendement absolu (Absolute Return Strategies, ARS) ne mérite pas d'être poursuivi", écrit le directeur des investissements de Calpers par intérim, Ted Eliopoulos, dans un communiqué. Calpers précise qu'il sortira les fonds confiés à trente sociétés de gestion alternative au cours des douze prochains mois "d'une manière qui serve au mieux les intérêts du portefeuille" de placements. Les fonds alternatifs obligent en général leurs clients à bloquer les fonds qu'ils leur confient pendant une période qui peut aller de plusieurs mois à plusieurs années. Les débats sur le rôle de la gestion alternative au sein de Calpers ont commencé après le décès de l'ancien responsable de ses investissements Joseph Dear, en février dernier, ont expliqué des sources proches du fonds. DES RENDEMENTS À LA TRAÎNE Joseph Dear, qui avait rejoint Calpers en 2009, avait diversifié le portefeuille au profit de placements plus risqués comme la gestion alternative ou le capital-investissement, afin de compenser les pertes subies pendant la crise financière, qui avait conduit à une chute de 23,6% des actifs sur l'exercice fiscal clos au 30 juin 2009. Au cours des dernières années, les hedge funds n'ont toutefois pas dégagé les rendements hors normes qui avaient fait leur réputation et de nombreux fonds de pension et autres investisseurs institutionnels se sont de plus en plus ouvertement interrogés sur leurs frais de gestion, qui comprennent en général une commission de gestion de 2% des actifs et une participation de 20% aux gains réalisés. La performance des hedge funds entre le début de l'année et la fin août ressortait à 4,1%, selon les calculs de Hedge Fund Research, contre 9,87% pour le Standard & Poor's 500. "Les hedge funds n'ont pas tellement contribué aux résultats de Calpers pendant le boom du marché des actions (qui a suivi la crise financière), mais ceux qui sont bons ont pu offrir une couverture contre les trous d'air du marché", a dit Erik Gordon, professeur à l'Université du Michigan qui travaille notamment sur l'industrie de la gestion. En juillet, Calpers avait fait état d'un rendement de ses investissements de 18,4% sur l'exercice fiscal clos le 30 juin dont un rendement de 7,1% pour la gestion alternative. Le rendement des fonds placés en capital investissement atteignait 20% sur la période. Calpers, qui gère le fonds de retraite d'environ 1,6 million de fonctionnaires californiens retraités ou en activité et de leurs ayants-droits, a comme objectif de dégager un rendement de ses actifs de 7,5% par an en moyenne. Il est ressorti a 7,2% par an en moyenne sur la période de 10 ans allant jusqu'au 30 juin 2014. (Svea Herbst-Bayliss à Boston et Barani Krishnan à New York, Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant