Calme relatif en Syrie après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu

le , mis à jour à 13:39
0
Calme relatif en Syrie après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu
Calme relatif en Syrie après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu

Les armes se sont tues à minuit. Le calme régnait ce samedi matin dans les régions de Syrie tenues par les rebelles et le régime après l'entrée en vigueur dans la nuit d'un cessez-le-feu initié par Washington et Moscou, ont affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des militants. Mais ce calme semble relatif, car on apprenait à la mi-journée que des obus sont tombés sur Damas, malgré cette trêve annoncée. «Des groupes terroristes à Douma et Jobar (des secteurs à l'est de Damas) ont tiré plusieurs obus contre des quartiers résidentiels de la capitale», a précisé une source militaire citée par l'agence sans faire état de victime.

La Russie, principale alliée de Damas, a décidé de suspendre toutes les sorties de son aviation au-dessus de la Syrie pour «éviter toute erreur de bombardement». Cette décision intervient alors que le Kremlin est accusé de frapper les positions kurdes pour aider le régime de Damas et non le groupe Etat islamique comme c'est officiellement l'objectif.

La trêve, soutenue par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est la première de cette ampleur dans un conflit qui a fait plus de 270 000 morts depuis 2011, déplacé plus de la moitié de la population et qui voit s'affronter une multitude d'acteurs, syriens et internationaux. Bachar al-Assad, une centaine de factions rebelles et les forces kurdes se sont engagés à respecter l'accord de cessez-le-feu conclu sous l'égide de la Russie et des Etats-Unis.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé que la task force internationale sur le cessez-le-feu se réunirait ce samedi à Genève pour évaluer le respect de la trêve au cours de cette première journée qu'il a qualifiée de «critique». Si la trêve tient, il convoquera une nouvelle session de pourparlers de paix inter-syriens le 7 mars à Genève.

«Un incident» dans la nuit

La task force a été créée par le Groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant