Californie : début de marée noire après la rupture d'un oléoduc

le
0
Californie : début de marée noire après la rupture d'un oléoduc
Californie : début de marée noire après la rupture d'un oléoduc

Des plages californiennes souillées. Plusieurs dizaines de milliers de litres de pétrole ont été déversés dans le Pacifique, au large de la ville californienne de Santa Barbara, suite à la rupture mardi d'un oléoduc.  Les médias locaux évoquent le chiffre de 80 000 litres répandus dans la mer.

«Le pétrole échappé a atteint un conduit menant à l'océan Pacifique. Il a touché l'océan et le littoral dans une proportion non encore déterminée», explique la compagnie Plains All American Pipeline, qui gère l'oléoduc. Elle affirme «avoir fermé l'écoulement du pétrole dans le pipe-line et initié un plan d'urgence. Le conduit a notamment été bloqué et aucun pétrole supplémentaire n'a atteint la mer.»

Goleta (Californie, Etats-Unis), mardi. Un bateau déploie un barrage flottant pour limiter les conséquences d'une fuite de pétrole. (AFP/David McNew)

Outre les garde-côtes, le bureau californien des services d'urgence, l'organisation de protection de la faune California Fish and Wildlife et les pompiers se sont rendus sur place. Une société spécialisée a été embauchée pour commencer les opérations de nettoyage. «Plains travaille avec des officiels locaux pour commencer le nettoyage», a précisé Plains All American Pipeline.

Sur leur compte Twitter, les garde-côtes expliquent que la fuite s'étend sur 4 miles, soit 6 km environ.

#UPDATE Spill on Refugio Beach stretches approx 4 mi wide. County OES, Exxon and county fire on scene to assist.— USCGLosAngeles (@USCGLosAngeles) 19 Mai 2015

Sur la plage de Refugio Beach, d'épaisses couches noires graisseuses recouvrent déjà en partie le sable et les rochers, et de nombreux bénévoles se sont déjà mobilisés pour nettoyer, chaussés de bottes en caoutchouc. Morgan Miller, l'un d'entre eux, craint que les autorités et Plains All American Pipeline «disent que (la fuite) est contenue alors que cela devient clairement pire à mesure qu'on avance vers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant