Calais, une ville au bord de la crise de nerf

le
0
Le maire de Bordeaux Alain Juppé et la maire de Calais Natacha Bouchart, tous les deux membres du parti Les Républicains, dans "la jungle" de Calais, le 27 janvier 2016.
Le maire de Bordeaux Alain Juppé et la maire de Calais Natacha Bouchart, tous les deux membres du parti Les Républicains, dans "la jungle" de Calais, le 27 janvier 2016.

La maire de Calais, Natacha Bouchart, est reçue ce mercredi par le ministre de l’intérieur. L’édile se fera le porte-voix d’une ville en souffrance, à l’heure où entre 4 000 et 6 000 migrants campent dans la lande.

Organiser des visites guidées de la « jungle » ? Un jour, l’Office du tourisme de Calais a fini par se poser la question. Boudant le beffroi ou le musée de la dentelle, un touriste d’un nouveau type a poussé la porte de ses bureaux, souhaitant être accompagné dans le bidonville où s’entassent des milliers de migrants en attente d’un passage en Grande-Bretagne.

Un peu choqués par ce voyeurisme, les professionnels calaisiens du tourisme ont répondu par la négative à celui qui, appareil photo en bandoulière et chaussures de randonnées aux pieds, aurait aimé être conseillé pour siroter le meilleur café afghan du camp. « Alors que la ville souffre déjà d’une assimilation aux milliers de migrants qui y stationnent, comment aurions-nous pu agir autrement ? », s’interroge Solange Leclercq, la directrice, qui se démène par d’autres méthodes pour enrayer la chute du nombre de visiteurs.

En 2015, le nombre de passages dans la capitale de la dentelle a décru. « Les Britanniques, qui constituaient 20 % de nos touristes en 2014, n’étaient plus que 8 % », regrette Mme Leclercq, qui ajoute que « les Belges aussi ont annulé ». Or, comme ces deux voisins étaient friands de gastronomie française, leur désertion laisse les restaurants vides. « En 2015, le chiffre d’affaires des restaurateurs a baissé de 40 à 45 % », insiste-t-elle. Et là encore, cette chute n’est qu’un des cercles de la spirale dans laquelle la ville est aspirée. « Il n’y a pas que les Britanniques qui boudent la ville. Pens...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant