Calais : une centaine de naufragés du démantèlement dort dans l'école et la mosquée

le
0
Des migrants marchent au coucher du soleil dans la jungle de Calais, le 27 octobre 2016.
Des migrants marchent au coucher du soleil dans la jungle de Calais, le 27 octobre 2016.

Ils sont une grosse centaine, beaucoup sont mineurs. Pour eux, il n’y a pas de solution. Alors, jeudi soir, ils sont repartis dans la jungle. Désespérés.

Ahmad relève la capuche de son anorak noir. Il a froid et presque envie de pleurer. Le jeune Afghan de 17 ans ne sait pas trop comment il se retrouve jeudi en soirée, rue des Mouettes, à Calais, sans solution ni pour la nuit, ni pour le lendemain.

Tout l’après-midi, il est resté assis, seul, dans cette rue, à 100 mètres de la sortie de la jungle où il vient de passer neuf mois. Devant lui, un cordon de CRS le bloque pour rejoindre le SAS d’où il croyait que les bus partaient encore. « Depuis 11 heures ce matin, j’attends un bus qui devrait m’emmener loin de tout ça, mais je doute de plus en plus », confie-t-il vers 16 heures.

La veille, Ahmad a passé la nuit devant le centre d’enregistrement, qui a baissé le rideau pour ne plus le relever. Puis, chassé par les CRS, il est venu s’asseoir sous le pont à la sortie de la jungle, du côté des Afghans, ses « frères » comme il dit. « Je ne comprends rien. Chaque fois que j’ai voulu m’enregistrer, pour partir loin d’ici, je n’ai pas pu. Maintenant je ne sais pas ce qu’il va m’arriver », ajoutait-il jeudi soir.

Bien sûr l’évacuation de la jungle de Calais a commencé lundi matin à 8 heures. Mais ce jour-là, Ahmad n’était pas prêt à partir ; comme beaucoup de membres de sa communauté. Mardi il est venu, « mais il y avait trop de monde ». Mercredi, il ne sait plus trop et jeudi, le SAS a terminé les enregistrements avant que ce ne soit son tour, explique-t-il.

Perdu dans le temps Ahmad est perdu, exténué. Son rapport au temps semble...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant