Calais mise sur de grands travaux et compte faire oublier la jungle

le
0

La municipalité veut transformer un front de mer figé depuis 40 ans. Au programme, écoquartiers, parc d’attraction... mais surtout Port Calais 2015, l’un des plus importants chantiers au niveau national.

«Où se trouve la jungle?», demandent les visiteurs, regroupés autour de la maquette géante de la ville de Calais, exposée au Marché international de l’immobilier(MIPIM)... Pourtant, Calais, ce n’est pas «que» la jungle. C’est aussi la dentelle, un beffroi classé au patrimoine mondial de l’Humanité et ces dernières années... la misère des migrants qui tentent de rejoindre le Royaume-Uni. Ils font oublier une chose essentielle: Calais fourmille de projets et regarde vers l’avenir. Derrière la vaste maquette en plexiglas, la maire (Les Républicains) Natacha Bouchart a expliqué aux professionnels l’ambitieux projet qui doublera les capacités du port de sa ville en 2021.

«Dans le Calaisis, c’est 1,7 milliard d’euros, oui vous avez bien entendu: 1,7 milliard qui va être investi en cinq ans, dans des projets dont les travaux, programmés et financés, vont débuter courant 2016», lance avec fierté l’édile, aussi vice-présidente de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Volontariste, la municipalité voit grand: elle veut requalifier ses espaces urbains, redessiner un front de mer figé depuis 40 ans, construire deux écoquartiers mais aussi un golf, un écovillage et même un parc d’attractions, Heroïc Land. Avec à la clé, 3000 emplois créés.

Afin de réunir les 265 millions d’euros que coûtera le parc, le directeur du projet Jean-François Thibous sonde les investisseurs français et étrangers. Une tâche compliquée par les images désormais associées à Calais: celles de milliers de migrants désireux de gagner l’Angleterre, entassés dans la «Jungle», un campement insalubre dont la zone sud vient d’être démantelée. Début mars, 500 Calaisiens ont défilé à Paris avant d’être reçus à l’Elysée, pour demander que le Calaisis soit reconnu «en état de catastrophe économique exceptionnelle» en raison d’une chute de chiffre d’affaires des commerces estimée par certains à 40%, liée à la dégradation de l’image de la ville.

Des sarcasmes qui nuisent au développement

«Cette image négative a une incidence, mais pas énorme, sur la négociation», explique-t-il: dans le dossier de financement du parc, la crise migratoire est un «facteur de risques» parmi d’autres, tels que le terrorisme - présent, lui, sur tout le territoire. Comme pour tout parc d’attractions, une enceinte protégée et des mesures de sécurité sont prévues. La venue de migrants est peu probable, la «Jungle» étant distante d’environ 5 km, estime le directeur. Une consultation publique a été lancée, et le permis d’aménager sera déposé avant l’été.

L’équipe espère que le problème des migrants «aura trouvé une solution politique» à l’ouverture d’Heroïc Land prévue au printemps 2019, et que les commentaires sarcastiques mettant en parallèle leur périple à travers l’Europe et le thème «héroïque» du parc, auront pris fin. Prudente, la ville table sur 1,5 million de visiteurs par an. Et dans quelques semaines, démarrera «Port Calais 2015, l’un des plus importants chantiers au niveau national», souligne Mme Bouchart. Quelque 675 millions d’euros seront investis afin de créer une digue de 3 km, un bassin portuaire de 90 hectares qui accueillera des «super-ferries» de 240 m, ainsi que des infrastructures rail-route-mer.

Un pôle logistique et un projet d’interconnexion entre les réseaux électriques français et britannique, ElecLink, mené par la société Eurotunnel, sont aussi prévus. Premier port pour le trafic continental transManche, lequel devrait progresser de 40% d’ici 2030, Calais voit transiter 10 millions de passagers et 1,7 million de camions par an. «On sait maintenant situer Calais partout dans le monde», souligne Natacha Bouchart. «Nous sommes la seule ville à avoir un port et un tunnel, il faut maintenant mettre en valeur nos forces et attirer les regards avec des projets. Et des projets, on a en a plein les cartons».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant