Calais : le démantèlement reprend, d'autres migrants iraniens se cousent la bouche

le
0

Quatre jours après le début du démantèlement, les travaux continuent. Ouvriers et pelleteuses étaient à l'oeuvre ce jeudi matin pour poursuivre l'évacuation de la zone sud de la «jungle» de Calais, où certains migrants, dans un spectaculaire signe de protestation, sont allés jusqu'à se coudre la bouche. Une opération à nouveau réalisée par une groupe d'Iranien en milieu de journée ce jeudi.

Comme depuis lundi, premier jour de l'opération d'évacuation de ce secteur où vivent de 800 à 1000 migrants selon la préfecture, mais 3450 selon les associations, les travaux ont démarré peu avant 9 heures, par un vent glacial sur la zone sud. Un hectare environ, sur une surface de quelque 7,5 hectares, a été évacué, selon la préfecture.

Le demantelement de la #jungle de #Calais continue... pic.twitter.com/OeD9XcIQwh— Marie Piquemal (@mariepiquemal) 3 mars 2016

Un lieu de vie important dans le viseur

Sur un terrain boueux, les ouvriers de l'entreprise de BTP Sogéa et les équipes de services de l'Etat chargés de convaincre les migrants d'accepter une solution d'hébergement ailleurs que dans le bidonville, encadrés par les CRS, ont commencé à arpenter et déblayer le terrain d'un secteur où est implanté un important «lieu de vie» de la «jungle»: «l'ashram kitchen». Cette grande tente soutenue par une structure métallique fait office de centre de distribution de repas. On y sert en permanence sandwiches et thé. Une trentaine d'associatifs et de bénévoles, craignant que ce lieu ne disparaisse, s'étaient ainsi rassemblés devant ce jeudi matin.

L'ordonnance du jugement du tribunal administratif de Lille autorisant jeudi dernier l'évacuation partielle de la jungle avait cependant insisté sur la préservation des lieux à caractère «social», «culturel» ou «soigneusement aménagés», sans préciser si commerces et restaurants en faisaient partie. La préfecture s'était elle-même engagée à les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant