Calais : le démantèlement de la «jungle» suspendu, des camions caillassés

le , mis à jour le
0

Quatre jours à peine après une décision de justice validant l'évacuation d'une partie de la «jungle» de Calais, l'État en a entamé lundi le démantèlement du bidonville, sous haute protection policière et dans un climat de tension. Devant les affrontements, l'opération a dû être suspendue en fin de journée. Elle reprendra mardi, selon la préfecture du Pas-de-Calais.

Lundi soir, quelque 150 migrants, certains armés d'une barre de fer, se sont introduits une heure durant sur la rocade portuaire jouxtant la «jungle», lançant des pierres ou tapant sur des véhicules en partance vers l'Angleterre. A 19h45, la police avait repris le contrôle de la rocade, jonchée de débris, et l'accès au port depuis l'A16 a été fermé.

VIDEO. Des migrants investissent la rocade jouxtant la «jungle» de Calais

Plusieurs camions et voitures ont été bloqués par les migrants sur ce tronçon surplombant une bande de terre de 100 m auparavant incluse dans le périmètre de la «jungle», et rasée en janvier à l'initiative de l'Etat. De nombreux migrants se trouvaient également sur cette portion. Les forces de l'ordre, d'abord présentes en nombre réduit, ont répliqué par des tirs dissuasifs de gaz lacrymogène. La circulation est restée néanmoins perturbée, elle ne se faisait que sur une file, selon le tweet ci-dessous.

Suite de la journée à #Calais. Sur la rocade du port, la circulation se fait sur une file pour cause de jets de pierre depuis la #jungle.— maryline baumard (@marylinebaumard) 29 février 2016

Des abris de fortune démontés tôt le matin

Plus tôt dans la journée, une vingtaine de salariés d'une entreprise de travaux publics s'étaient activés dans la partie sud de la «jungle», là où vivent de 800 à 1000 migrants selon la préfecture, mais 3450 selon les associations. Sous un soleil radieux mais par un vent glacial, ils ont commencé à démonter à la main les abris de fortune, tentes ou cabanes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant