Calais : la préfecture veut que «plus aucun migrant ne dorme» dans la «Jungle»

le
0
Calais : la préfecture veut que «plus aucun migrant ne dorme» dans la «Jungle»
Calais : la préfecture veut que «plus aucun migrant ne dorme» dans la «Jungle»

La préfecture du Pas-de-Calais a affirmé vendredi sa volonté que «plus aucun migrant ne dorme dehors» dans la «Jungle» de Calais, dont elle entend «réduire la taille» et où 1.500 places d'hébergement en dur vont être mises à disposition lundi.

«La lande de Calais n'est ni un lieu d'hébergement ni un projet de vie. Notre objectif est que plus aucun migrant ne dorme dehors sur la lande», a déclaré la préfète Fabienne Buccio, sans donner d'échéance, à l'issue d'une réunion en sous-préfecture à Calais avec les associations oeuvrant sur place, pour leur en faire part.

Entre 3.800 et 4.200 migrants vivaient dans le bidonville de la «Jungle» avant Noël, dans des habitations de fortune et des conditions sanitaires déplorables, selon les derniers chiffres de la préfecture. Ils étaient encore 6.000 en octobre. Lundi, 1.500 places d'hébergement, réparties en 125 containers de 12 places (dont 12 réservés à des familles) seront proposées, s'ajoutant aux 400 autres places en dur du centre d'accueil Jules-Ferry pour les femmes et les enfants.

La taille du camp va être réduite

Ces chiffres confirment que la préfecture entend limiter à environ 2.000 le nombre de migrants dans ce camp. Ceux qui ne bénéficieront pas d'hébergement en dur se verront proposer un transfert «dans le reste de la France dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO)» qui sont «au coeur de notre stratégie humanitaire», et qu'ont déjà rejoint 1.895 personnes, selon les chiffres fournis vendredi. «Une solution d'hébergement est désormais proposée à tous», assure Mme Buccio.

«Parallèlement, la taille du campement de la lande sera réduite. La priorité est d'éloigner les migrants de la rocade, pour leur propre sécurité, celle des usagers de la route mais aussi des forces de sécurité qui la protègent. Il s'agit de les éloigner également des habitations riveraines de la route de Gravelines afin de préserver la tranquillité des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant