Calais : la police évacue le principal camp de migrants

le
0
Calais : la police évacue le principal camp de migrants
Calais : la police évacue le principal camp de migrants

La police a évacué mercredi matin le principal camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), installé depuis fin mai dans un centre de distribution de repas dans la zone portuaire. De nombreux policiers et gendarmes participaient à l'opération, autorisée par le tribunal administratif de Lille, saisi en référé par la mairie de Calais, et motivée notamment par le caractère prolongé de cette occupation et l'insuffisance des infrastructures sanitaires.

Au total, 610 migrants ont été évacués, dont 121 mineurs, dirigés sur des centres d'accueil, selon le préfet, qui a indiqué qu'il n'y avait eu «aucun blessé» lors de l'opération. «Il y avait 540 migrants sur le lieu de distribution des repas et 70 au total dans trois squats. Parmi eux, 270 majeurs sont actuellement en cours d'audition administrative, 219 étant toujours sur le lieu de distribution des repas dans l'attente d'être auditionnés», avait indiqué plus tôt la préfecture dans un communiqué.

Une évacuation violente selon Médecins du monde

«Ça a commencé vers 6 heures. J'étais à l'intérieur, les flics sont arrivés, ils ont bloqué toutes les sorties, ont utilisé des gaz lacrymogènes pour empêcher les gens de s'enfuir», a déclaré Céline, 25 ans, une bénévole qui se trouvait dans le centre. «Les gens dormaient, ils n'ont pas eu le temps de sortir», a-t-elle ajouté, alors qu'une quinzaine de cars arrivaient sur place pour emmener les migrants. Ces cars sont repartis vers 9 heures.

Selon plusieurs témoignages, policiers et gendarmes sont entrés dans cet espace recouvert de macadam, où les migrants campaient dans des tentes, par un hangar au centre de l'enceinte entourée de murs et de grilles. «Ils sont tous arrivés en même temps, des migrants ont essayé de partir. Une cinquantaine ont réussi, a déclaré Camille, un infirmier de 26 ans qui prodigue des soins aux migrants. Ils ont rassemblé tout le monde dans une moitié du camp et ont commencé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant