Calais : la mairie UMP signe un arrêté «anti-bivouac et anti-regroupement»

le
0
Calais : la mairie UMP signe un arrêté «anti-bivouac et anti-regroupement»
Calais : la mairie UMP signe un arrêté «anti-bivouac et anti-regroupement»

Pas de rassemblement dans les rues de Calais. La mairie UMP de cette ville portuaire du Pas-de-Calais a pris jeudi un arrêté «anti-bivouac et anti-regroupement», visant, sans les nommer explicitement, les migrants qui souhaitent passer en Angleterre. Une vingtaine de quartiers, notamment le centre ville, où campent les candidats à l'exil, sont concernés par cet arrêté.

Valable de 9 heures à minuit, le texte interdit «toutes occupations abusives et prolongées, accompagnées ou non de sollicitations ou quêtes à l'égard des passants, lorsqu'elles sont de nature à entraver la libre circulation des personnes ou à porter atteinte au bon ordre, à la sécurité, à la tranquillité ou à la salubrité publiques».

Texte

La municipalité, dirigée depuis 2008 par la sénatrice Natacha Bouchart, s'est défendue vendredi d'avoir pris un «arrêté anti-migrants», même si ils peuvent être concernés «comme n'importe quelle population». Les associations dénoncent un texte «discriminatoire» et étudient la possibilité de déposer un recours devant le tribunal administratif de Lille. L'arrêté, daté du 9 juillet, est une version modifiée d'un texte «déjà existant sous la précédente mandature, intitulé +anti-mendicité+", qui concernait trois ou quatre lieux uniquement contre une vingtaine actuellement», précise Emmanuel Agius, premier adjoint au maire.

Sans nommer les migrants, la municipalité considére «que la présence continue et assidue (...) d'individus et de groupes d'individus sollicitant les passants de manière agressive, est de nature à troubler l'ordre public». Tout comme «les nuisances olfactives et le risque pour la salubrité publique que crée le comportement de ces individus et groupes d'individus (dépôt d'ordures, épanchements d'urine)», explique-t-elle. «(...) La période estivale crée une affluence de touristes et entraîne une aggravation de cette situation», justifie également la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant