Calais : la justice valide le démantèlement d'une partie de la «Jungle»

le , mis à jour à 19:22
0
Calais : la justice valide le démantèlement d'une partie de la «Jungle»
Calais : la justice valide le démantèlement d'une partie de la «Jungle»

Les associations et les migrants opposés à l'évacuation d'une partie de la «Jungle» de Calais (Pas-de-Calais) ont essuyé un revers. Le tribunal administratif de Lille (Nord) a décidé ce jeudi de rejeter le recours qu'ils avaient déposé contre l'«arrêté d'expulsion d'office» des occupants pris par la préfecture du Pas-de-Calais. Cet arrêté, pris le 19 février, ordonnait l'évacuation de la zone sud avant le mardi 23 février, mais le tribunal s'était donné un délai pour statuer. 

Dans son ordonnance, la juge du tribunal administratif Valérie Quemener estime que l'insécurité, l'insalubrité, les violences, notamment entre migrants et forces de l'ordre et vis-à-vis de riverains, justifient la mesure d'expulsion sur ce secteur. Les «lieux de vie» situés sur cette zone, comme les écoles ou les lieux de culte, seront en revanche préservés, comme s'y était engagée la préfecture.

La maire de Calais «satisfaite»

La maire de Calais Natacha Bouchart (Les Républicains) s'est dite «satisfaite» de cette décision responsable qui va permettre de procéder au démantèlement progressif de la partie sud de la jungle dans un délai estimé à trois semaines par les services préfectoraux». L'élue a également indiqué qu'elle était prête à prendre toutes les précautions nécessaires «empêchant l'installation de squats à l'issue de ce démantèlement et ainsi assurer la protection de la population calaisienne».

VIDEO. «Jungle de Calais» : Natacha Bouchart exprime sa «satisfaction»

Bernard Cazeneuve s'est également réjouit «que la vérité parvienne enfin à émerger face aux postures et manipulations». «Dans un but humanitaire, l'action de mise en protection des réfugiés se poursuivra par la mobilisation de toutes les solutions d'hébergement existantes», a-t-il ajouté. Le ministre de l'Intérieur s'est voulu une nouvelle fois rassurant en répétant lors d'une déclaration à la presse «qu'il n'a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant