Calais-Des associations attaquent l'Etat sur les droits des migrants

le
2
    LILLE, 15 juin (Reuters) - Onze associations qui viennent en 
aide aux migrants à Calais (Pas-de-Calais) ont annoncé jeudi le 
dépôt d'un recours devant le tribunal administratif de Lille 
pour obliger les autorités à "respecter les libertés et les 
droits fondamentaux des exilés présents sur Calais". 
    Les organisations signataires, parmi lesquelles figurent 
notamment le Secours catholique et la Cimade, appellent dans un 
communiqué la justice administrative à "reconnaître les 
atteintes graves et répétées aux droits et libertés" et à 
"enjoindre aux autorités de mettre en place un dispositif 
garantissant le respect des droits fondamentaux de base, tels 
que l'accès à l'eau, à des toilettes, à une distribution 
alimentaire... ". 
    "Ce n'est pas en privant les exilés de leurs droits 
fondamentaux et en leur refusant le minimum de dignité que l'on 
répondra de façon constructive et pérenne à la question de 
l'accueil des réfugiés", ajoutent-elles.  
    D'après les onze associations, qui avaient déjà par le passé 
saisi la justice administrative pour faire reconnaître leur 
droit à venir en aide aux migrants, il y aurait actuellement 
environ 600 migrants dans la région de Calais. 
    Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui a dénoncé 
mercredi "les conditions de vie inhumaines" subies par les 
migrants présents dans la région, estime lui aussi qu'entre 500 
et 600 migrants sont présents dans la région.   
    La préfecture estime qu'ils sont deux fois moins nombreux.   
   
    Depuis plusieurs semaines, les associations sont 
régulièrement empêchées d'organiser des distributions d'eau ou 
de repas par les autorités qui ne veulent pas voir de nouveaux 
regroupements de migrants se créer à Calais, après le 
démantèlement de la "jungle" à l'automne 2016.       
 
 (Pierre Savary, édité par Myriam Rivet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 34flora il y a 8 mois

    il faut faire comme ce maire italien : relever les noms des pro-migrants et les obliger à les loger et nourrir chez eux.... ça en calmerait plus d'un.

  • ludpub il y a 8 mois

    Et moi je dis que les assos devraient etre condamnées à ramasser les dechets de leurs tentes, repas qui sont dispersés partout dans la nature, voire dans des zones naturelles. C'est bien beau de nourrir et attirer les migrants mais faudrait penser à nettoyer derriere et assumer.J'espere que l'etat portera plainte en ce sens egalement.