Calais : ce qu'on en dit des deux côtés de la Manche

le
0
Des tentes de migrants dans la jungle de Calais durant l'évacuation, fin octobre 2016.
Des tentes de migrants dans la jungle de Calais durant l'évacuation, fin octobre 2016.

Au moment où les autorités françaises démantèlent une énième fois un lieu de regroupement de migrants désireux de travers la Manche, TheConversation France et TheConversation United Kingdom ont décidé d'unir leurs efforts pour analyser cet événement qui concerne directement nos deux pays... afin de livrer une analyse qui ne soit pas unilatérale.

Vu de France : « Le grand raout des autorités continue »

*Par Olivier Clochard, chargé de recherches au laboratoire Migrations internationales, espaces et sociétés (Migrinter) du CNRS et de l'université de Poitiers.

L'histoire se répète. Le plus grand campement que la région de Calais a connu ces vingt dernières années [est] démantelé [...], à l'image d'autres camps qui ont précédé celui-ci. Mais une fois de plus, la destruction de cet espace de vie ne résoudra nullement la situation migratoire. Que ce soit au moment de la destruction du camp de Sangatte en 2002, d'une grande partie de la « jungle » en 2009 ou lors de l'épisode de la fermeture des squats et campements éparpillés dans la ville de Calais durant l'hiver 2015 ou du bidonville ce lundi, les gouvernements britannique et français persistent à faire croire à une partie de l'opinion publique qu'une fois ces opérations policières effectuées, la situation migratoire sera en grande partie réglée.

Or si les populations présentes à ces...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant