Calais : Cazeneuve s'en prend aux activistes «no borders» et égratigne Macron

le
3
Calais : Cazeneuve s'en prend aux activistes «no borders» et égratigne Macron
Calais : Cazeneuve s'en prend aux activistes «no borders» et égratigne Macron

Face caméra, les colères de Bernard Cazeneuve ne font pas grand bruit. Il n'empêche, le ministre de l'Intérieur a vigoureusement dénoncé ce vendredi, et à plusieurs reprises, « les activistes qui, à Calais, sont dans la manipulation et l'instrumentalisation des migrants ». Sur RMC et BFM TV, il a d'abord reproché aux « no borders » d'avoir laissé des migrants iraniens se coudre la bouche en signe de protestation.

Face à ces mutilations, qui soulèvent « d'abord un sentiment de compassion et de tristesse », Bernard Cazeneuve a dit aussi son « indignation ». « Je ne peux pas croire, a-t-il reproché, que ces acteurs présents en permanence (…) n'aient pas été informés » de ce projet, « ils auraient pu l'éviter ».

« A Calais il y a trop d'acteurs dans l'instrumentalisation de la détresse. Plutôt que d'aider à des solutions humanitaire, ils s'emploient à les rendre impossibles et je trouve cela indigne », a-t-il affirmé.

Les «no borders», des altermondialistes qui demandent l'abolition des frontières et la régularisation de tous les sans-papiers, sont en permanence présents à Calais depuis 2009. Ce sont eux, notamment au sein du collectif Calais Migrant Solidarity (CSM), qui dénoncent régulièrement les brimades et l'acharnement policiers dont sont victimes les candidats au passage en Grande-Bretagne.

Il reste 3.800 migrants à Calais

Selon le ministre, il y avait en octobre 6 000 migrants à Calais, ils sont aujourd'hui 3 800. 3 000 ont quitté Calais pour aller dans l'un des 102 centres d'accueil et d'orientation répartis sur le territoire. « Est-ce qu'il vaut mieux laisser les migrants dans la boue (…) ? Ou apporter des solutions pour permettre à ceux qui sont à Calais de se construire un avenir dans la dignité », a-t-il fait mine d'interroger. « Nous sommes face à une population entre les mains des passeurs et de ces acteurs cyniques que sont les no borders », a-t-répété, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 11246605 il y a 9 mois

    Et la prime versée royalement par la grande bretagne pour le gardiennage : 22 millions d'€ alors que la France a déjà dépensé 155 millions et Eurotunnel vient de présenter une facture de 10 millions à l'Etat français...:-((

  • d.contan il y a 9 mois

    les no borders ces fils ou filles de famille riche on croit rever.les mettre à casser des cailloux

  • frk987 il y a 9 mois

    Ces socialos sont tous à pendre, quand ils sont dans l'opposition la honte c'est la droite qui refuse d'avoir des camps comme Calais, la gauche au pouvoir ont la honte de l'EG !!!!! et y a des ... qui votent PS !!!! MDR et de désolation.