Calais : 4.014 «mises à l'abri» depuis lundi, les équipes de nettoyage déployées

le , mis à jour à 22:18
6
Calais : 4.014 «mises à l'abri» depuis lundi, les équipes de nettoyage déployées
Calais : 4.014 «mises à l'abri» depuis lundi, les équipes de nettoyage déployées

Après l'évacuation lundi de 2.300 réfugiés de la «Jungle» de Calais, les opérations de démantèlement de ce gigantesque bidonville ont repris tôt ce mardi. Durant cette deuxième journée, 1.636 personnes ont quitté les lieux: 1.264 personnes majeures «à bord de 33 bus pour rejoindre 55 centres d'accueil et d'orientation (CAO) répartis dans 9 régions», et 372 mineurs ont été orientés vers le centre d'accueil provisoire (CAP), installé sur le campement, selon un décompte du ministère de l'Intérieur. Des équipes de nettoyage employées par Vinci ont débuté les travaux de déblaiement en milieu d'après-midi. 

 

L'opération a commencé autour du centre d'accueil provisoire formé de conteneurs, où sont désormais logés les mineurs. La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a prévenu ce matin qu'il ne serait pas fait usage de bulldozers: «nous allons ramasser des déchets», a-t-elle simplement déclaré, ajoutant que «des maraudeurs (équipes de représentants des services de l'Etat, ndlr) vont passer dans chaque tente pour voir s'il y a encore des gens». «Si la tente est vide, l'entreprise de nettoyage» pourra la retirer a-t-elle expliqué.  

 

La #Jungle de #Calais se vide de ses occupants. Quelques uns de ses symboles visuels sont encore là, dernières vigies d'un temps révolu. pic.twitter.com/RO3Xr1Sefq

— Nicolas Jacquard (@nicojacquard) 25 octobre 2016

 

Alors que commençaient les travaux, deux incendies, le premier d'une maisonnette, le second d'un abri, se sont produits quasi-simultanément de part et d'autre du centre d'accueil provisoire, rapidement maîtrisés par les pompiers. Dans la nuit de lundi à mardi déjà, plusieurs feux avaient été signalés. Pour sécuriser les opérations, des CRS encadrent également les agents de Vinci.  

 

 

120 policiers sont entrés dans la jungle de #Calais pour assurer un cordon de protection aux démolisseurs

— maryline baumard ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a un mois

    Les nettoyeurs y en a pas quand il faut nettoyer nos rues.

  • mucius il y a un mois

    En fait l'ensemble de l'opération est le fait d'équipes de nettoyage de formes... diverses

  • svtmh1 il y a un mois

    On leur demande même pas de faire le ménage. Ce serait indigne.

  • pichou59 il y a un mois

    grosses subventions pour les associations?

  • svtmh1 il y a un mois

    On va bientôt découvrir que les milieux associatifs qui fleurissent, s'engraissent sur les migrants

  • M940878 il y a un mois

    on ferait mieux d'affréter des bateaux et des avions pour un retour direct au pays sans possibilité de rerour , cela coûterait moins cher et plus sécuritaire