Caixabank lance une offre sur l'intégralité de BPI

le , mis à jour à 13:05
0
    par Jose Elías Rodríguez 
    MADRID, 18 avril (Reuters) - La banque espagnole Caixabank 
 CABK.MC  a annoncé lundi son intention de lancer une offre en 
numéraire sur les 56% de la portugaise BPI  BBPI.LS  qu'elle ne 
détient pas encore, pour un montant de l'ordre de 908 millions 
d'euros. 
    L'offre, au prix de 1,113 euro par action, est conditionnée 
à un taux d'acceptation de plus de 50% et à la suppression de la 
limitation à 20% des droits de vote actuellement imposée par la 
banque portugaise, précise Caixabank dans un avis financier. 
    Le gouvernement portugais a adopté dimanche soir une mesure 
mettant fin à de telles limitations des droits de vote dans le 
secteur bancaire.   
    Jusqu'à l'adoption de cette mesure, Caixabank ne pouvait se 
prévaloir de sa participation de 44% dans BPI pour passer outre 
aux réticences de la femme d'affaires angolaise Isabel dos 
Santos à une prise de contrôle et à une scission des activités 
de BPI en Angola au travers de sa filiale à 51,1%, BFA.  
    Avec le plafonnement des droits de vote, Caixabank n'avait 
qu'à peine plus de pouvoir au sein de BPI qu'Isabel dos Santos, 
qui possède une participation de 18,6% dans la banque portugaise 
via sa holding Santoro Finance.  
    Caixabank et Santoro sont les deux principaux actionnaires 
de BPI et la banque espagnole cherche à racheter la 
participation de dos Santos depuis un an au moins afin de 
s'assurer du plein contrôle de la banque portugaise. 
    BPI avait annoncé dimanche que ses deux principaux 
actionnaires n'étaient pas parvenus à s'entendre sur leurs 
participations respectives et sur l'exposition coûteuse de la 
banque portugaise au marché angolais. 
    BPI détient 50,1% de BFA tandis qu'Unitel, l'opérateur 
télécoms angolais co-contrôlé par dos Santos et la compagnie 
pétrolière publique angolaise Sonangol, en possède le solde. 
     Isabel dos Santos voulait introduire cette participation 
dans BFA à la Bourse de Lisbonne, ce que les autorités 
portugaises ont refusé. 
    La cession des actifs angolais est une urgence pour BPI : 
depuis le 10 avril, les autorités européennes imposent aux 
banques de provisionner complètement les actifs qu'elles 
détiennent en Angola, sous peine d'amendes quotidiennes. 
    "Pour Caixabank, l'acquisition devrait être neutre si l'on 
prend en compte que BPI ne représente que 12% du total de ses 
actifs mais la dernière offre élimine le risque que la banque 
espagnole ne relève le prix pour tenter de convaincre dos 
Santos", écrit Haitong Research dans une note de recherche. 
    La cotation du titre BPI est suspendue depuis le 8 avril sur 
un dernier cours de 1,191 euro. L'action Caixabank est en recul 
de 3,73% à la Bourse de Madrid lundi matin.  
    La banque espagnole a dit s'attendre à ce que l'opération, 
qui devrait être bouclée d'ici la fin du troisième trimestre, 
affecte négativement son ratio de fonds propres durs de 0,97 à 
1,46 point de pourcentage en fonction du nombre de titres 
apportés à l'offre. 
    Elle a toutefois maintenu son objectif d'un ratio de fonds 
propres "fully loaded" de plus de 11% une fois l'opération 
réalisée et conformément à son plan stratégique pour la période 
2015-2018. 
 
 (avec la contribution de Paul Day, Bertrand Boucey et Marc 
Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant