Cahuzac va être réentendu par la commission d'enquête parlementaire

le
1
Cahuzac va être réentendu par la commission d'enquête parlementaire
Cahuzac va être réentendu par la commission d'enquête parlementaire

Le 26 juin, lors de sa première audition, Jérôme Cahuzac en avait dit le moins possible, se retranchant derrière le secret de l'instruction. Est-ce parce qu'ils sont restés sur leur faim que les parlementaires veulent l'entendre à nouveau? Ou pour faire la lumière sur certaines contradictions ou omissions?

La commission d'enquête parlementaire chargée de déterminer l'action du gouvernement dans l'affaire Cahuzac a quoi qu'il en soit, selon «Le Monde», décidé de convoquer une nouvelle fois l'ex-ministre du Budget. Une information confirmée par le rapporteur PS de la commission Alain Claeys, qui a indiqué que l'ancien ministre sera réentendu la semaine prochaine «sur un certain nombre de choses».

La «muraille de Chine» en question

En particulier la réunion du 16 janvier évoquée mardi devant la commission par Pierre Moscovici. Le ministre de l'Economie a expliqué qu'il y avait informé François Hollande et Jean-Marc Ayrault, de la possibilité d'utiliser la procédure d'entraide administrative avec la Suisse. Or, selon Pierre Moscovici, Jérôme Cahuzac assistait à cet entretien.

De quoi donner des munitions aux députés de l'opposition qui doutent de la réalité de la «muraille de Chine» qui aurait été érigée à Bercy dès le 10 décembre autour de Jérôme Cahuzac pour le tenir à l'écart des développements concernant les investigations sur son compte. Le président centriste de la commission Charles de Courson avait rappelé que Jérôme Cahuzac avait au contraire affirmé n'avoir «jamais» été «informé de cette procédure».

Les auditions s'achèvent sur fond de polémique

Après avoir entendu la veille trois ministres - Christiane Taubira (Justice), Manuel Valls (Intérieur), Pierre Moscovici (Economie) - et le communicant de Jérôme Cahuzac, Stéphane Fouks, la commission a achevé ses auditions ce mercredi sur fond de polémique avec la mise en cause de François Hollande.

Le président de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 18 juil 2013 à 09:41

    et pour peggy111... les preuves ont été avérées, démontrées et point barre...il faut être vraiment sectaire et borné (excusez du pléonasme) pour nier de telles évidences !...:-)