Cahuzac ou la "contradiction" entre l'homme privé et public

le
4
DEUXIÈME SEMAINE DU PROCÈS DE JÉRÔME CAHUZAC
DEUXIÈME SEMAINE DU PROCÈS DE JÉRÔME CAHUZAC

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Jérôme Cahuzac a expliqué lundi sa chute par son incapacité à lever la "contradiction" entre ses vies publique et privée, avec des responsabilités accrues, des revenus moindres, mais une volonté de conserver un certain train de vie.

L'ex-ministre du Budget, contraint à la démission en mars 2013 après les révélations sur son compte caché à l'étranger, est jugé depuis le 5 septembre pour fraude fiscale, blanchiment et fausse déclaration de patrimoine.

"Je n'ai pas voulu que l'homme privé, parce qu'il avait fait un choix de vie publique, ne puisse assumer ce qu'il avait toujours assumé vis-à-vis de sa famille", a-t-il déclaré lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.

"Je n'ai pas su lever cette contradiction entre l'homme privé et l'homme public", a-t-il ajouté. "J'ai voulu garder ces responsabilités et conserver ce train de vie (...) J'ai échoué."

Le tribunal est longuement revenu lundi, au quatrième jour de son procès, sur le retrait, en 2011, de 20.800 euros en espèces, mis à sa disposition à Genève via un intermédiaire, directeur adjoint de la banque suisse Reyl & Cie.

Il s'agit du dernier retrait effectué sur son compte caché. Or il est intervenu en septembre 2011, quelques mois avant l'élection présidentielle de 2012 qui le propulsa au poste de ministre du Budget, avec la victoire de François Hollande.

"N'y a-t-il pas quelque chose qui vous retient de faire (ce dernier retrait)?" lui a demandé le président. "On n'est pas dans le vital", ajoute-t-il, rappelant que les sommes ont servi à payer une partie du mariage de sa fille aînée.

"Lorsque ces opérations se déroulent, je ne me dis pas 'tu fais ça alors que tu vas rentrer au gouvernement'", assure le ministre déchu. Et de rappeler qu'à l'époque, la primaire de la gauche n'a pas encore eu lieu.

RECONNAISSANCE DE CULPABILITÉ

Pour la banque suisse Reyl & Cie, qui a transféré les avoirs de Jérôme Cahuzac vers Singapour en 2009, la remise des espèces, par l'un de ses employés était une "erreur dommageable."

Mais "c'est l'erreur d'une personne, pas l'erreur de l'institution", a assuré à la barre son représentant, qui nie toute pratique structurelle.

Poursuivie pour blanchiment en ce qu'elle aurait "organisé" le transfert des avoirs de Jérôme Cahuzac à Singapour via des sociétés offshore à Panama et aux Seychelles, Reyl dément les faits qui lui sont reprochés.

Pourtant, en janvier dernier, la banque a accepté, sur reconnaissance préalable de culpabilité, de s'acquitter d'une amende de 2,8 millions d'euros pour blanchiment de fraude fiscale concernant les avoirs de six autres ressortissants français à Singapour.

Prié par le président du tribunal d'expliquer cette incohérence apparente, le représentant de Reyl a souligné que cette procédure, qui a fait suite aux accusations de l'ex-employé de la banque Pierre Condamin-Gerbier, n'avait mené à une condamnation que pour six comptes, sur 13 cités.

Faux, assure l'avocat du fisc français. L'absence de condamnation concernant les sept autres comptes visés par Condamin-Gerbier, qualifié de "mythomane" par la défense, est tout simplement liée au fait qu'ils n'étaient pas enregistrés chez Reyl, assure-t-il.

Jérôme Cahuzac a déclaré jeudi dernier avoir "la conviction" que ses banquiers savaient qu'il ne déclarait pas ses avoirs en France, ajoutant qu'ils avaient été à "l'initiative" du montage "sophistiqué" qui a permis leur transfert vers Singapour, ce qu'ils démentent.

Les prévenus risquent jusqu'à sept ans de prison et un million d'euros d'amende.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le lundi 12 sept 2016 à 19:40

    Moi aussi j'ai des problèmes entre mon cœur et mon portefeuille et pourtant ils sont tous deux à gauche. Il ferait pleurer une pierre celui là.

  • aerosp le lundi 12 sept 2016 à 14:31

    dans les yeux messieurs les députés : et toujours en liberté !

  • fpelu le lundi 12 sept 2016 à 14:19

    C'est pas de sa faute, c'est la faute de la banque?

  • M940878 le lundi 12 sept 2016 à 14:09

    juste un menteur socialiste , excusez pour le pléonasme !