Cahuzac n'a pas donné suite à des révélations de fraudes chez HSBC

le
3
Cahuzac n'a pas donné suite à des révélations de fraudes chez HSBC
Cahuzac n'a pas donné suite à des révélations de fraudes chez HSBC

Les déboires de Jérôme Cahuzac ne semblent pas avoir trouvé leur épilogue. Dans un article de Mediapart publié ce lundi, on apprend qu'à l'été 2010, Jérôme Cahuzac, alors président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale, a été personnellement informé d'activités illicites de la banque britannique HSBC. Mais, pour une raison inconnue, «il n'a pas utilisé ces informations, malgré ses larges pouvoirs d'enquête parlementaire».

C'est le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg qui aurait en effet alerté Jérôme Cahuzac des agissements de la banque. Le 2 mars, «Arnaud Montebourg avait recueilli les confidences enregistrées» d'Hervé Falciani, explique le site d'information, qui a consulté un procès-verbal de 25 pages signé de l'ex-informaticien de chez HSBC (chez qui des fichiers cryptés contenant des informations sur des comptes détenus par des milliers de clients français de la banque en Suisse avaient été saisis).

Médiapart évoque une possible raison «toute personnelle»

Le 3 août 2010, Arnaud Montebourg aurait fait suivre ce PV accablant pour la banque à Jérôme Cahuzac, accompagné d'une lettre que Mediapart reproduit dans son article. Mais le courrier est étonnamment resté sans suite. Pour expliquer l'inertie de Jérôme Cahuzac dans ce dossier, Mediapart évoque une possible raison «toute personnelle». Le frère de l'ex-ministre est en effet, à l'époque, l'un des «principaux dirigeants de la HSBC Private Bank France, dont il a intégré le comité exécutif en 2008».

Selon un récent bilan de Bercy, seules 86 personnes sont poursuivies par la justice sur les 3000 soupçonnés de fraude fiscale après l'histoire des fichiers volés à la banque HSBC. Mediapart précise qu'une enquête sur les évadés du fisc sera diffusée dans l'émission «Cash Investigation», sur France 2, mardi 11 juin à 20h45.

Spéciale cash investigation sur la fraude et les paradis fiscaux avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grokuik1 le lundi 24 juin 2013 à 16:32

    Elles sont belles nos élites françaises !!! et bien sur , toujours rien au point de vue "transparence" tant décriée lorsqu'on est pas au pouvoir !!

  • gustav10 le lundi 10 juin 2013 à 18:54

    Médiapart évoque une possible raison «toute personnelle» !

  • M835627 le lundi 10 juin 2013 à 18:26

    Un exemple de plus de la collusion entre politiques et milieux d'affaires, à vomir!