Cahuzac : le silence gêné des ministres

le
1
La plupart des membres du gouvernement a refusé de répondre aux questions des nombreux journalistes massés dans la cour de l'Élysée.

Il y a deux semaines, au lendemain de la démission de leur collègue du Budget Jérôme Cahuzac, plusieurs ministres avaient eu le sourire à la sortie du Conseil, en dévalant les marches du perron de l'Élysée. Ce mercredi matin, les visages de tous étaient graves. La quasi totalité des membres du gouvernement a refusé de répondre aux questions des nombreux journalistes massés dans la cour de l'Élysée, sans souvent avoir même un regard pour la presse. Le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon a même poussé un soupir d'exaspération quand quelques journalistes ont tenté de l'interroger. Sortis ensemble et les derniers, vingt cinq minutes après leurs collègues, Manuel Valls (Intérieur) et Pierre Moscovici (Économie) ont observé le même mutisme.

Seuls Aurélie Filippetti (Culture) et Alain Vidalies (Relations avec le Parlem...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 3 avr 2013 à 14:34

    L’hyperchleuasme (consiste à se déprécier et avouer un forfait afin d'en cacher un plus grand). Donc d'avouer un ensemble de fautes commises par les politiques dans le cadre de la sociale-démocratie : oui nous cumulons les mandats, oui nous nous en mettons plein les poches, oui nous avons des cagnottes en argent liquide, oui nous sommes coupables... pour masquer le fait que la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption.