Cahuzac : l'Élysée alerté dès le 15 décembre

le
0
Hollande, Valls, Taubira? Le président de la République, le ministre de l'Intérieur et le garde des Sceaux pouvaient-ils ignorer la réalité du dossier Cahuzac ?
o 15 décembre 2012

Mediapart a publié depuis déjà dix jours le contenu d'un message téléphonique où une voix, présentée comme celle de Jérôme Cahuzac, évoque un compte en Suisse. Et l'Élysée entre dans la danse. Mi-décembre, en effet, l'avocat Michel Gonelle, adversaire politique de Cahuzac aux municipales de 2001 et destinataire involontaire du message où son rival s'est trahi, appelle le directeur de cabinet adjoint de la présidence, le préfet Claude Zabulon, qu'il connaît depuis des années, pour lui confirmer les informations publiées sur le site d'Edwy Plenel.

De 1997 à 1999, Alain Zabulon a été sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot, la ville de Gonelle et Cahuzac... Il écoute attentivement son interlocuteur et produit un compte rendu au secrétaire général de l'Élysée, le préfe...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant