Cahuzac : «Je suis le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques»

le
8
Cahuzac : «Je suis le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques»
Cahuzac : «Je suis le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques»

Pour la première fois depuis sa démission du gouvernement, le 19 mars, Jérôme Cahuzac revient ce mercredi à l'Assemblée. A partir de 16h30, l'ancien ministre du Budget doit être entendu par la commission d'enquête parlementaire sur d'éventuelles protections dont il aurait pu faire l'objet entre la révélation de l'existence de son compte à l'étranger, le 4 décembre par Mediapart, et ses aveux, le 2 avril. Présidée par le centriste Charles de Courson (UDI), cette commission d'une trentaine de députés a ciblé ses investigations sur l'action du gouvernement pendant que Cahuzac, alors encore en poste à Bercy, niait en bloc les informations l'accablant.

Cahuzac : «Je compte juste répondre le plus sincèrement possible aux questions»

«Je vais à cette convocation l'esprit libre», assure ce matin l'ancien ministre déchu, dans une interview exclusive à Europe 1. «Je répondrai à toutes les questions que voudront me poser les députés», indique-t-il, affirmant n'avoir «rien préparé». «Je compte juste répondre le plus sincèrement possible aux questions qui me seront posées», afin de «les aider à savoir s'il y a eu des dysfonctionnements au niveau de l'Etat».

Dans cet entretien, Cahuzac réitère ses regrets. «Ce compte en Suisse, c'est une erreur de ma vie d'avant, je le regrette d'autant que j'ai le sentiment d'avoir été dans ma carrière politique toujours irréprochable.»

En revanche, il déplore être devenu «le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques. (...) C'est moi aussi qui suis responsable des huit partielles perdues par la majorité, ou encore de la montée du FN? Ils m'ont tous jugé par avance, même certains qui se disaient mes amis. Mais le pire pour moi, c'est que mon nom puisse être associé à celui de Bernard Tapie, alors que c'est grâce à moi que l'affaire de l'arbitrage a été relancée. Il s'agit pour moi de les aider à savoir s'il y a eu des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mercredi 26 juin 2013 à 16:44

    Mais s'il pense ne pas être le seul pourri de ce système, s'ils pense, comme Marine Le Pen, qu'ils sont nombreux à l'être, qu'il cite des noms ou décrive des pratiques. C'est bien peu courageux que de dénoncer un problème dans des termes aussi généraux.

  • M4896128 le mercredi 26 juin 2013 à 14:30

    Questions sur le disfonctionnement de l'Etat... Mais questions sur le fonctionnement financier du PS avant Mai 2012, c'est une autre histoire... Ce sont toujours les porte-serviette et les 3è couteaux qui servent de fusible ... Mais quand on devient esclave de son ambition, on est prêt à tout et c'est le faux pas. Audiard faisait dire à Lino Ventura: "les cons ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait".

  • s.thual le mercredi 26 juin 2013 à 14:25

    il sait il parle sinon on lui ferme le bec une fois pour toutes,,,menteur devant les elus et la nation ,,,pretendu s occuper des nos finances ,,,oui a sa facon,,

  • M1531771 le mercredi 26 juin 2013 à 13:02

    Non rassure toi Con.nard, tu as eu le temps de bien en profiter et de bien nous niq.uer ! Fils de chien !

  • lukefr le mercredi 26 juin 2013 à 11:10

    la dernière fois aussi il a répondu sincèrement! il a juré!

  • frk987 le mercredi 26 juin 2013 à 11:01

    DSK au sénat et Cahuzac à l'assemblée.........la logique socialiste dans toute sa splendeur.

  • M8869453 le mercredi 26 juin 2013 à 10:49

    Pour parjure, il devrait être interdit d'accès, y compris dans les médias. N'en parlons plus !

  • M2279032 le mercredi 26 juin 2013 à 10:24

    Ils veulent savoir comment il faut faire.