Cahuzac: Bercy et Beauvau pouvaient-ils ne pas savoir  ?

le
3
Même s'ils clament le contraire, Pierre Moscovici et Manuel Valls pourraient avoir été informés en amont de certains pans de l'affaire du fait de la position qu'ils occupent.

Bercy et Beauvau pouvaient-ils ne pas savoir? «Les rumeurs sur la personne de Jérôme Cahuzac sont tellement insistantes depuis tellement d'années, qu'on peut franchement en douter», répond un ancien fonctionnaire du ministère des Finances. Mais ce n'étaient alors que des rumeurs... «Jérôme Cahuzac n'a bénéficié d'aucune protection!», martèle l'exécutif. C'est avec force que Pierre Moscovici, mis en cause par l'opposition qui l'accuse d'avoir «blanchi» Jérôme Cahuzac, dément avoir été au courant du compte caché de son ministre délégué. «Je ne savais pas. Tous ceux qui affirment le contraire sont dans un procès d'intention», indique le ministre de l'Économie au Figaro.«J'ai travaillé avec lui tous les jours et il a menti à tous, y compris à son ministre de tutelle, insiste...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le samedi 6 avr 2013 à 23:00

    Si on réfléchit bien, la position adoptée par Hollande/Ayrault est ... la seule possible s'ils ne veulent pas que tout leur bousin explose en plein vol ... tout comme la position de Cahuzac était le seule possible s'il ... voulait rester ministre ! Il ne faut pas aller chercher plus loin, et c'est pour cela que ces positions ne sont pas crédibles ...

  • janaliz le samedi 6 avr 2013 à 21:40

    Mais non bien sûr... Qu'est-ce que les gens sont médisants. Y'en a même qui disent que le pingouin et taubira savaient. Vous vous rendez compte madame Michu... Vraiment plus aucun respect...

  • mlaure13 le jeudi 4 avr 2013 à 08:42

    L’hyperchleuasme (consiste à se déprécier et avouer un forfait afin d'en cacher un plus grand). Donc d'avouer un ensemble de fautes commises par les politiques dans le cadre de la sociale-démocratie : oui nous cumulons les mandats, oui nous nous en mettons plein les poches, oui nous avons des cagnottes en argent liquide, oui nous sommes coupables... pour masquer le fait que la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption.