Cahuzac à nouveau entendu par la commission d'enquête parlementaire

le
0
Cahuzac à nouveau entendu par la commission d'enquête parlementaire
Cahuzac à nouveau entendu par la commission d'enquête parlementaire

Avare de détails la première fois, Jérôme Cahuzac sera-t-il plus bavard la seconde ? La commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur la gestion de l'affaire par le gouvernement, auditionnera à nouveau l'ex-ministre du Budget ce mardi après-midi. «Je n'ai pas le choix. Je répondrai, à disposition de la commission», a confié l'intéressé à Europe 1. Car de nouveaux éléments sont apparus depuis son premier passage le 26 juin durant lequel il avait refusé de répondre à plusieurs questions au motif qu'elles empiétaient sur l'enquête judiciaire.

Il y sera notamment question d'une réunion le 16 janvier à l'Elysée, évoquée par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, devant la commission il y a une semaine. Ce jour-là, ce dernier avait informé le président François Hollande et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de la possibilité d'interroger la Suisse sur l'existence ou non d'un compte de Cahuzac en Suisse.

Courson : «Nous aimerions savoir quel rôle Jérôme Cahuzac a joué»

Ce qui, dans cette rencontre, a suscité l'émoi de certains membres de la commission - notamment celui de son président, le député UDI Charles de Courson - est que l'un des protagonistes n'était autre que... Cahuzac, par ailleurs intervenu dans la discussion. «Jérôme Cahuzac n'avait jamais parlé» de cette réunion, a rappelé ce matin sur Europe 1 Charles de Courson, président (UDI) de la commission d'enquête. «C'est lors de cette réunion du 16 janvier qu'a été décidé de saisir les autorités fiscales helvétiques. Nous aimerions savoir quel rôle Jérôme Cahuzac a joué» alors que «le 10 décembre 2012 il signait une note se déportant de cette affaire», a ajouté le député.

De quoi donner des munitions aux députés de l'opposition qui doutent de la réalité de la «muraille de Chine» érigée à Bercy dès le 10 décembre autour de l'ex-ministre délégué au Budget, pour le tenir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant