Cagliari, l'île ambitieuse

le
0
Cagliari, l'île ambitieuse
Cagliari, l'île ambitieuse

Après une descente en Serie B en 2015 suite à son rachat mouvementé par un groupe industriel italien, Cagliari retrouve l'élite de la Botte. Retour sur deux années tempétueuses et sur les espoirs d'un club qui souhaite grandir à l'ombre de son nouveau stade.

C'était une de ces chaudes nuits méditerranéennes, dont on aimerait ne jamais voir le bout. Le ciel sarde est clair, dégagé, et Cagliari gronde de plaisir. Au stade Sant'Elia, enceinte historique du club pendant plus de quarante ans, 16 000 âmes communient encore et encore dans un chant incessant : "Serie A, Serie A, nous allons en Serie A." Nous sommes le 23 mai 2016 et la formation sarde a organisé un match de gala avec des joueurs emblématiques du club pour célébrer son retour dans l'élite, après avoir remporté le championnat de Serie B. Les invités de marque se succèdent sur le terrain et dans les tribunes. David Suazo, deuxième meilleur buteur de l'histoire de Cagliari, attend de fouler la pelouse pour recevoir l'acclamation des tifosi. Edoardo Reja et Massimiliano Allegri, qui ont tous deux entraîné le club sarde, font leur apparition. Mais c'est Daniele Conti, historique milieu de terrain de Cagliari depuis 1999, qui est au centre de toutes les attentions. Le joueur a annoncé prendre sa retraite après dix-sept ans de bons et loyaux services en Sardaigne. "Je parlais toujours peu et je préférais agir, je vous embrasse tous. Ce maillot, vous savez tous ce qu'il signifie pour moi." Un maillot et un club à l'histoire mouvementée qui compte bien pérenniser son retour dans l'élite, après une année de purgatoire en Serie B. La stabilité n'est pourtant pas le premier mot qui vient à l'esprit quand il s'agit d'évoquer le club sarde. Seizièmes de Serie A en 2010, quatorzièmes en 2011, quinzièmes en 2012 puis 2014, les Rossoblù, faute de moyens suffisants, ont souvent chatouillé l'abîme de la Serie B avant d'y sombrer définitivement en 2015. Mis en perspective avec leurs récents déboires, leur retour dans l'élite n'en est donc que plus savoureux.

Le rêve de Cellino


Un homme s'est pourtant battu pour permettre au club de s'inscrire définitivement dans l'ère moderne et de passer un cap en Serie A. Massimo Cellino, natif de Sardaigne et président historique de Cagliari de 1992 à 2014, a rêvé pendant des années d'un nouveau stade à Cagliari, dont le club serait propriétaire. Mais ses projets n'ont cessé de subir le rejet des autorités civiles. Et quand le stade Sant'Elia, qui abrite l'équipe sarde depuis 1970, doit fermer pour cause d'infrastructures insalubres, Cagliari se retrouve sans enceinte fixe. Les autorités…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant