« Café Society » de Woody Allen, les films de Cannes et les autres

le
0
« Café Society » de Woody Allen, les films de Cannes et les autres
« Café Society » de Woody Allen, les films de Cannes et les autres

Chaque mercredi dans La Matinale, la rédaction du « Monde » vous propose son choix de films pour la semaine.

Le Festival de Cannes démarre, et tout le monde en profite : « Café Society », de Woody Allen, le film d’ouverture, sort mercredi dans toutes les salles de France. En attendant la suite (« Ma Loute », de Bruno Dumont, et « Money Monster », de Jodie Foster, dès jeudi 12 mai), un film d’animation japonais aux accents rivettiens, et un beau quadriptyque kazakh, centré sur la question du mal, méritent le détour.

AMOUR ET PERDITION DANS LE HOLLYWOOD D’AVANT-GUERRE : « Café Society », de Woody Allen

Café Society procure une illusion exquise, celle d’avoir retrouvé la recette de l’alliage qui fit le charme irrésistible de Zelig ou de Radio Days. Aux sempiternels « Woody Allen, j’aimais mieux avant », on peut – presque – répondre : « Cette fois, c’est comme avant. » Les années 1930, le garçon juif new-yorkais et la gentille Californienne, la douceur d’un passé évanoui, les quiproquos de vaudeville et les accès d’angoisse métaphysique. Tout est là, harmonieux, fluide, porté par un ensemble d’interprètes délicieux auquel l’auteur s’est joint sous la forme d’une voix off, qui narre les tribulations de Bobby Dorfman entre le Bronx et Beverly Hills.

Woody Allen ne s’est pas pour autant glissé dans le smoking du vieux crooner qui monte sur scène pour chanter ses succès éternels. Café Society est le premier film que réalise l’auteur d’Annie Hall en sa neuvième décennie. C’est l’œuvre d’un vieil homme qui approche de près l’un de ses personnages favoris, la mort. Alors qu’il l’humiliait...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant