Café brésilien : qui croire ?

le
0

Commodesk - L'analyse optimiste du négociant Terraforte sur la prochaine récolte brésilienne fait des remous. Le Conseil national du café (CNC), dont les chiffres sont contestés, accuse à son tour l'exportateur d'exagération.

Pour Conselho Nacional do Café, les acheteurs ont beau jeu de gonfler les prévisions de production, ce qui se répercute à la baisse sur les prix. Le CNC représente les producteurs, et juge absurde la prévision de 53,4 millions de sacs en 2013-2014, ainsi que l'augmentation de la récolte au sud de Minas Gerais, une importante région productrice. Pour ces producteurs, la récolte devrait se situer entre 15% et 25% de moins que 2012-2013, sauf incident climatique qui bouleverserait la prévision.

L'estimation officielle pour 2013-2014 est de 50,5 millions de sacs, ce qui est déjà élevé pour une année creuse du cycle bisannuel du café. Le Conseil ne croit pas comme Terraforte que l'année de bas de cycle puisse dépasser l'année de haut de cycle 2012-2013. Sur la décennie écoulée, les années basses ont donné de 9,6% à 41% de moins que les années hautes, pointe le CNC, s'appuyant sur les chiffres de la Conab.

Le Conseil rappelle que les fleurs de café ont subi la sécheresse dans plusieurs régions caféières significatives, et que des cerises ont été perdues en raison de ce stress hydrique. Mais le prévisionniste Somar Meteorologia souligne dans son bulletin de la semaine qu'il va pleuvoir suffisamment désormais dans les régions productrices de Paraná, São Paulo, Minas Gerais et Espirito Santo, des conditions parfaites pour le développement de la plante et du grain. Toutefois, le taux d'humidité supérieur à 95% s'ajoutant à des températures clémentes favorise aussi l'apparition de maladies comme la rouille du café. La prochaine récolte débutera en mai 2013.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant