Caen : un prêtre soupçonné de pédophilie recherché par la justice

le
0
Au Liban, où il a fondé un orphelinat, Mansour Labaky est très respecté, au point d'avoir été l'adjoint de l'évêque de Beyrouth.
Au Liban, où il a fondé un orphelinat, Mansour Labaky est très respecté, au point d'avoir été l'adjoint de l'évêque de Beyrouth.

Paradoxe. Un prêtre libanais condamné par l'Église dès 2013 pour abus sexuels sur mineures est actuellement recherché par la justice française pour des faits similaires. Habituellement, c'est l'Église qui est en retard sur la justice des hommes. Prêtre de rite chrétien maronite, Mansour Labaky, 76 ans, est depuis quelques jours sous le coup d'un mandat d'arrêt international lancé par un juge d'instruction du tribunal de Caen.

Depuis l'été 2013, ce magistrat est responsable d'un dossier visant Mansour Labaky pour viols et agressions sexuelles sur des mineures de 15 ans commis par personne ayant autorité. Les faits auraient été commis dans le foyer Notre Dame-enfants du Liban, qui accueillait des enfants libanais et que le père Labaky a ouvert à Douvres-la-Délivrande (Calvados) en 1990. L'établissement a fermé ses portes.? Convoqué à plusieurs reprises par le juge d'instruction, l'ecclésiastique, qui vit au Liban, a refusé de se rendre en Normandie en mettant en avant son état de santé.

« S'il n'a rien fait, comme il l'assure, que Mansour Labaky se présente devant le juge de Caen. Il y disposera de toutes les garanties de droit », déclare au Point.fr Me Solange Doumic, avocate des victimes. Elle note que, depuis l'ouverture de l'information judiciaire en 2013 auprès du tribunal de Caen, le prêtre n'est pas revenu en France, alors qu'il s'y rendait régulièrement.

« L'Église a fait tout ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant