Caen smurfe sur Bordeaux

le
0
Caen smurfe sur Bordeaux
Caen smurfe sur Bordeaux

Caen a fait danser Bordeaux au Matmut Atlantique (1-4). Romantique et réaliste, Malherbe a récité une partition délicieuse pour rentrer quatre buts en Gironde et enfoncer Bordeaux dans ses insuffisances.

FC Girondins de Bordeaux 1–4 Stade Malherbe Caen

Buts : Crivelli (90e) //

En voilà un joli deuxième. Avec sa très nette victoire à Bordeaux, Caen a récupéré d'Angers le statut de dauphin du roi parisien. Surtout, la première équipe du championnat de France "des autres" a montré pourquoi elle était le frisson fraîcheur de cette première moitié de saison. Joueuse et talentueuse, la team de Patrice Garande s'est amusée d'un Bordeaux triste comme un jour sans vin. Willy Sagnol peut faire tous les changements possibles, son équipe est 14e de Ligue 1 ce dimanche soir. Loin, très loin de Caen.

Fort comme Andy Delort


L'entame du match se résume à une histoire d'extérieurs : avec le double crochet de Khazri d'abord, qui s'amuse d'Alhadhur et donne aux supporters girondins l'espoir d'une attaque en jambes ; avec celui de Féret ensuite, tout en finesse pour permettre à Delaplace d'armer sa frappe à la conclusion d'un contre mené par la puissance de Delort et l'intelligence de Bessat. La frappe est contrée, le corner à jouer. A la suite de celui-ci, Rodelin peut déclencher un magnifique ciseau, repoussé du pied par Carrasso. Sauf que Syam Ben Youssef a bien suivi et le défenseur central peut conclure dans le but vide. Cinq minutes de jeu et Caen mène déjà. A l'extérieur.

Les Bordelais tentent bien de revenir par la possession et le côté droit de Poko, ce sont les Caennais qui restent les plus menaçants. Le jeu est léché, Ben Youssef envoie des passes de volée, Delort bonifie tous ses ballons, Rodelin frappe dès qu'il le peut. C'est soit manqué, soit détourné, mais surtout significatif de la domination normande. Sagnol décide alors de sévir en sortant Guilbert pour Rolan dès la 25e. Si le jeune latéral, 20 ans et formé à Caen, en pleure sur le banc, qu'il se rassure : même sans lui, son équipe déjoue. Elle s'en remet à frappes lointaine, coups francs ou hors-jeu pour se montrer dangereuse – sans succès. Et quand derrière, la défense centrale se montre extrêmement fébrile, ça fait une première mi-temps à oublier pour les Bordelais.

35 minutes et puis s'en vont


Sauf que c'est la suite qui s'écrit dès la reprise. Delort pour…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant