Caen : les contrôleurs d'une ligne de bus forcés de recenser les migrants

le
2
Des bus de la compagnie Twisto.
Des bus de la compagnie Twisto.

Les employés de la ligne de bus 61 reliant le centre-ville de Caen à la gare maritime d'Ouistreham sont sous le choc. La raison ? La direction de la compagnie Twisto leur impose désormais de répertorier le nombre de migrants à bord des cars. Dans cette note manuscrite dévoilée par France Bleu Normandie, les chauffeurs sont priés de procéder à « deux contrôles », sur injonction de la préfecture. « Si vous suspectez la mise en place de squat, merci de remonter l'information (lieu précis). » Ces consignes s'accompagnent en prime d'un tableau à compléter auquel ont visiblement été ajoutées les colonnes suivantes : « nombre de migrants contrôlés » et « nombre de migrants verbalisés ».

Scandalisés, les syndicats ont décidé de porter l'affaire devant le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), dont la mission consiste entre autres à défendre le bien-être des salariés. « Ces man?uvres sont totalement scandaleuses et n'ont rien à voir avec la mission de service public des vérificateurs de titres ! » s'insurge Samuel Varnier, secrétaire du CHSCT du réseau Twisto, au micro de France Bleu. Pour Thierry Poullennec, ancien contrôleur à la retraite, dénombrer une catégorie de passagers n'est pas sans rappeler « les heures les plus sombres de notre histoire ». « Par décret du pouvoir de l'époque, on a réquisitionné les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl il y a 7 mois

    De plus, il doit avoir au pire 60 ans et n'a donc jamais connu la période qu'il évoque

  • mucius il y a 7 mois

    Ouh! Lala! Ca doit être grave ça! Bien sûr ça évoque "les heures les plus sombres de notre histoire". Ledit Varnier est, vous l'avez deviné, un cégétiste appointé.