Cachemire : l'Inde mène des «frappes chirurgicales» à la frontière du Pakistan

le
0
Cachemire : l'Inde mène des «frappes chirurgicales» à la frontière du Pakistan
Cachemire : l'Inde mène des «frappes chirurgicales» à la frontière du Pakistan

L'escalade pourrait mener à l'affrontement entre les deux voisins ennemis. Une dizaine de jours après l'attaque d'une de ses bases militaires dans la région disputée du Cachemire, l'Inde a mené des « frappes chirurgicales » le long de la ligne de démarcation, où au moins deux soldats pakistanais ont été tués jeudi.

 

« L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière contre des bases terroristes » installées le long de la ligne de cessez-le-feu, a déclaré le lieutenant-général Ranbir Singh, directeur-général des opérations militaires, lors d'une conférence de presse à la mi-journée à New Delhi. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait prévenu que des mesures seraient prises en représailles de l'attaque de sa base d'Uri le 18 septembre dernier qui avait fait 18 morts dans les rangs de l'armée indienne, la plus meurtrière au Cachemire depuis plus d'une décennie.

 

Selon lui, des groupes basés au Pakistan avaient l'intention de pénétrer clandestinement en Inde en traversant la frontière de facto entre les deux frères ennemis, et ce dans le but d'y mener des attaques dans la région du Cachemire ou d'autres métropoles indiennes. Ranbir Singh a évoqué des « informations très spécifiques et crédibles » sans donner de détail.

 

Une région que les deux pays se disputent depuis 1947

 

Loin de « frappes chirurgicales », le Pakistan a de son côté dénoncé des « tirs transfrontaliers déclenchés par l'Inde », qui ont coûté la vie à deux de ses soldats. Neuf autres ont été blessés. Le Pakistan a répliqué aux tirs sur la ligne de contrôle, les échanges de coups de feu se seraient étirés entre 2h30 et 8 heures du matin.

 

Il y a onze jours, 18 militaires indiens avaient trouvé la mort dans l'assaut à la grenade et à l'arme automatique de quatre rebelles dans la base militaire d'Uri, toute proche de la ligne de contrôle. L'attaque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant