CAC40: vélléité de repli contenue par résilience de W-Street

le
0

(CercleFinance.com) - Les places européennes ont connu un petit passage à vide (-0,6% en moyenne) après la déferlante des statistiques en provenance des Etats Unis (pas moins de 5 à 14H30) mais tout comme la veille, et pratiquement avec le même timing, les pertes se réduisent nettement, le CAC40 remontant par exemple de 4.341 vers 4.360.

Les volumes d'échanges demeurent toujours aussi étriqués avec 1,8MdsE négociés au bout de 7 heures et demi de cotations.

Ceux qui pariaient que les chiffres du jour auraient pu débloquer la situation, en restent pour leurs frais: toujours pas de rachats à bon compte, pas d'offensive des vendeurs... le marché semble en roue libre en cette veille des '4 sorcières'.

Le CAC40 recule de -0,3% à 4.356Pts: le 3ème trimestre se solde pour l'instant par un gain de +4% par rapport au 17 juin dernier (précédente séance des '4 sorcières').

A 4.380Pts, le CAC40 gagnerait +4,5% sur les 3 derniers mois, malgré le 'Brexit' du 24 juin, sensé plonger les marchés dans la déprime et l'économie britannique dans le chaos.

A Wall Street, les chiffres du jour sont interprétés positivement, contrairement à ce que nous avons observé en Europe depuis 14H30: le Dow Jones et le 'S&P' gagnent +0,3%, le Nasdaq surperforme pour la 3ème fois consécutive avec +0,6%.

En ce qui concerne les 'chiffres': mauvaise surprise du côté des ventes de détail qui ressortent en recul de -0,3% (et -0,1% hors auto.

Bonne surprise du côté de l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie (le baromètre s'est établi à +12,8, contre +2 en août) mais la conjoncture demeure déprimée selon l'Empire State (FED de New York) à -2 contre -4,2 en août.

L'indice des prix à la production (PPI) a stagné le mois dernier aux Etats-Unis, d'après le Département du Travail, alors que les économistes tablaient en moyenne sur une augmentation de 0,1%.

Le chômage hebdo se dégrade de +2.000 à 260.000, cela reste proche du plancher, la balance des paiements s'améliore et le déficit se réduit.

'La réaction des investisseurs à ces différentes informations économiques est difficile à anticiper', prévenait toutefois Aurel BGC ce matin pour qui la prudence s'imposera, au moins jusqu'à la conférence de presse de Janet Yellen, la semaine prochaine.

Outre Manche, la banque centrale britannique a laissé comme prévu son taux directeur inchangé à 0,25%, la BNS maintient le sien à -0,75%... mais revoit à la baisse ses anticipations de croissance de la Suisse à +1,5% en 2016 et l'inflation à +0,2% en 2017 et +0,6% en 2018 (contre +0,9%).

Sur le CAC40, AXA progresse (+1,8%) devant Pernod et Accor (+1,1%).

Inversement, Engie et Sanofi ferment la marche avec -1,6% et -1,4% respectivement, Air Liquide perd -1,3%.

Zodiac Aerospace s'adjuge 5,8%, après la présentation d'une croissance organique de +1,3% de son chiffre d'affaires annuel, contre +0,4% sur les neuf premiers mois de l'exercice.

A l'inverse, Korian lâche 6%, les investisseurs semblant circonspects face aux objectifs à long terme du groupe de prise en charge de la dépendance, présentés au lendemain des semestriels (résultat en recul de -34,2% suite à l'amortissement de nombreuses opérations de croissance externe).


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant