CAC40: va préserver 4700 grâce à W-Street et au pétrole bas.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 limite la casse alors que Wall Street semble enfin s'inspirer de la forte rechute de -3% du $ sur 24H: toutes les planètes semblent alignées ce vendredi avec une rechute du pétrole au contact des 40$ à New York.

Paris revient à l'équilibre (-0,2%) après avoir affiché jusqu'à -1% aux -3,6% perdus la veille (à 4.671Pts au plus bas): le bilan hebdomadaire ressort à -4,25% après avoir dépassé les -5%.

Les bons chiffres mensuels de l'emploi américain augurent bien d'une remontée prochaine des taux directeurs de la Fed... mais cela semble déjà dans les cours, comme en témoignait le nouvel affaiblissement du Dollar vers 1,0945/E... avant un petit tassement vers 1,0890.

Mario Draghi a déçu hier une majorité des économistes qu'il avait incités à parier sur une amplification du 'quantitative easing' ('QE') bien au-delà du montant actuel de 60MdsE: le 'QE' ne sera pas 'recalibré' mais seulement prolongé jusqu'en mars 2017, au minimum.

Les intervenants ont pris connaissance 14H30 de chiffres mensuels du chômage américain qui témoignent de la confirmation du redressement du marché de l'emploi US.

Le Département du Travail a ainsi recensé 211.000 nouveaux postes non agricoles le mois dernier, contre environ 200.000 anticipés par le consensus. Le seul secteur privé a généré 197.000 emplois sur le mois écoulé, un niveau tout de même inférieur aux 217.000 annoncés par le cabinet ADP il y a deux jours.

Cet indicateur supérieur aux attentes ouvre donc la voie à une normalisation de la politique monétaire de la Fed fébrilement accueillie par les investisseurs européens, considérant que le quantitative easing et des taux bas soutiennent par essence les marchés actions.

Natixis considère qu'il n'y a maintenant 'plus de raison pour que la Réserve fédérale ne relève pas ses taux lors de sa réunion de politique monétaire de décembre'.

Alors que le taux de chômage s'est quant à lui maintenu à 5%, cet élément constitue également 'une bonne nouvelle dans la mesure où elle s'accompagne d'une hausse du taux de participation à 62,5%, avec des gens qui reviennent probablement sur le marché du travail', a poursuivi l'analyste.

Le déficit commercial américain s'est en revanche creusé en octobre, s'établissant à 43,9 milliards de dollars, contre 42,5 milliards le mois précédent et environ 43 milliards prévus par les économistes: le point négatif, c'est que le niveau des exports ressort au plus bas depuis 3 ans.

S'agissant des indicateurs européens, les commandes au secteur industriel ont rebondi de 1,8% en Allemagne en séquentiel en octobre (après -1,7% en septembre), à la faveur d'une hausse des commandes des pays de la zone euro.

L'OPEP déçoit ceux qui pariaient sur une tentative de mettre en terme à la débandade des cours du pétrole: la production va être maintenue à 31,5Mns barils/jour, ce qui entérine et prolonge le niveau de production actuel, jugé déjà très excédentaire: le 'WTI' replonge vers son plancher annuel des 39,8$ sur le NYMEX, et cela entraine une nouvelle désintégration des valeurs parapétrolières dans son sillage, notamment Maurel et Prom ou Vallourec et qui dévissent de -3,5 à -4,5%.

Le CAC40 est plombé par Technip (-2,2%) et Total (-2,5%).

La baisse du pétrole semble enchanter Wall Street puisque les indices affichent désormais +1,5% de hausse en moyenne, un score inespéré à la lecture des statistiques du jour.

Au chapitre des valeurs, AXA (+3,6%) a le vent en poupe et poursuit son cavalier seul au sein du CAC 40 dans le sillage de la confirmation hier soir de l'objectif de distribution de dividendes des filiales entre 75 et 85% des cash flows opérationnels disponibles.

Carrefour (+1,75%) occupe la seconde marche du podium, LVMH et Valeo ne grappillent pas plus de 0,8%.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant