CAC40: tente de s'accrocher aux 4200, surperforme l'EStoxx50

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris revient laborieusement à l'équilibre après avoir évolué depuis 14H au sein d'un corridor 4.182/4.210.

L'essentiel de la séance s'est déroulé en territoire négatif, la tendance générale était victime de l'inertie baissière héritée de la première quinzaine de janvier.

Paris s'en tire mieux que la moyenne avec un repli -rattrapable- de -0,2% à 4.200Pts tandis que l'Euro-toxx50 lâche -0,65% vers 2.935Pts.

Wall Street est fermé pour cause de 'Martin Luther King Day' ce lundi et ce sont les places asiatiques qui ont donné le 'la' ce matin avec un nouveau repli de -1,12% de Tokyo et de -1,45% à Hong Kong.

Si Shanghai a grappillé +0,45%, Shenzhen en revanche a dévissé de -3,4%.

'On évite le début de semaine catastrophique que certains craignaient', notait toutefois un opérateur basé à Londres ce matin.

En l'absence d'indicateurs macroéconomiques notables, les intervenants se tournent vers l'actualité des valeurs. Parmi elles, Renault cède 1,5% en dépit de l'annonce d'une hausse de 3,3% de ses ventes mondiales l'an passé à 2,8 millions de véhicules, dans un marché qui n'a, lui, progressé 'que' de 1,6%. La marque au losange revendique par ailleurs la première place des constructeurs de véhicules électriques en Europe, avec une part de marché de 23,6% (ou 25,2%, Twizy inclus) et une hausse de 49% à 23.086 immatriculations en 2015.

EDF cède par ailleurs 4,8% après avoir dû prendre 800 millions d'euros de provisions supplémentaires dans ses comptes 2015 afin de tenir compte de l'augmentation des dépenses liées au projet de déchets radioactifs Cigéo.

Crédit Agricole est lanterne rouge du CAC40 avec -7,5%, à tout juste 9E (un plancher a même été inscrit à 8,87E)

Le titre Casino chute quant à lui de 9,5% à 36,25E, accusant la plus forte baisse du SBF 120, alors que Standard & Poor's a mis vendredi la notation 'BBB-' du distributeur sous surveillance négative, invoquant les difficultés des pays émergents et la récession au Brésil.

Le Brésil coûte également très cher à Vallourec (-6,5% à 5,1E) qui pâtit en outre du repli continu du pétrole.

A contrario, CNP Assurances avance de 0,4%, soutenu par Nomura, qui préconise désormais d'acheter le titre, en sus de l'annonce vendredi soir du succès d'un placement privé d'une obligation subordonnée de 500 millions de dollars auprès d'un investisseur institutionnel de premier plan, une opération qui permettra d'accompagner la croissance et de renforcer la structure financière du groupe.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant