CAC40: s'envole vers 4820 suite aux records du S&P et Nasdaq

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris (+1,2%) refranchit les 4.800 et se hisse au contact des 4.820.

Le CAC40 semble en mesure de 'tenir ses gains' alors que les indices US s'offrent une série de nouveaux records absolus, et notamment le plus représentatif d'entre eux, le 'S&P' (+0,4%) qui efface les 2.301 du 26 janvier pour s'inscrire à 2.304Pts.

Le Nasdaq de son côté, avec +0,4% grimpe vers 5.707 et le Dow Jones progresse dans les mêmes proportions à 20.125Pts.

Le prétexte pourrait être la baisse inattendue de -12.000 nouveaux inscrits hebdomadaires au chômage lors de la semaine close le 4 février, à 234.000 contre 250.000 anticipé (au plus bas depuis 43 ans).

Le CAC40 avait connu une spectaculaire accélération haussière à 12H22, le CAC40 passant en quelques instants de 4.798 à 4.816 (soit une hausse de +1,1%), il semblerait que cela ait constitué un test de résistance en temps réel, avant d'attaquer la barre des 4.820 cet après midi.

Le biais haussier est attribué depuis l'ouverture à une série de résultats d'entreprises du SBF120 globalement satisfaisants.

L'euro-Stoxx50 progresse de +1,17% vers 3.270 dans le sillage de Paris et Amsterdam (+1,1%).

'Les investisseurs sont dans une position attentiste malgré la très bonne tenue du marché américain, qui a aligné de nouveaux records. Plusieurs facteurs de risque, comme la Grèce, l'élargissement du spread de la France ou encore la baisse des réserves de change en Chine incitent à la prudence', tempèrent cependant les équipes de Saxo Banque.

Ce 'spread' OAT/Bund vient justement de se contracter de +78 à 67 points en l'espace de 48H, l'OAT affichant 0,9700% et le Bund 0,2990%.

En Europe, la locomotive économique demeure l'Allemagne qui a dégagé un excédent commercial record de 252,9 milliards d'euros l'an passé, contre 244,3 milliards en 2015, avec des exportations qui ont augmenté de 1,2%, soit 2 fois plus vite que les importations (+0,6%).

Sur le marché des changes, l'euro reperd les 0,1% gagnés ce matin face au dollar (à 1,0708) et inverse la vapeur à -0,15% (et 1,0680/$).

Côté pétrole, le baril de WTI prend 1% à 52,9 dollars.

L'activité est très chargée sur le front microéconomique, avec plusieurs poids lourds de la cote qui ont publié leurs résultats.

Parmi eux, Société Générale (+3%), deuxième du CAC 40 derrière Sanofi (+4,1%) à la faveur d'une progression de 15,3% du résultat net part du groupe (RNPG) hors éléments non-économiques de 4,1 milliards d'euros en 2016. Autre bonne nouvelle : la banque rouge et noir revendique un ratio 'CET 1 non phasé' de 11,5% dans le référentiel 'Bâle 3', contre 10,9% un an auparavant.

Sanofi (+4,1%) s'illustre en tête du CAC après une décision de la justice américaine qui lui permettra ainsi qu'à Regeneron Pharmaceuticals de continuer la commercialisation outre-Atlantique de l'anti-cholestérol Praluent durant la procédure engagée contre les 2 sociétés par Amgen.

Legrand (+1%) est également bien orienté après ses comptes annuels, marqués par une marge opérationnelle ajustée avant acquisitions (à périmètre 2015) de 19,7% supérieure à la borne haute de l'objectif relevée (19,6%) et par une progression de 3% du bénéfice net part du groupe à 567,3 millions d'euros.

Douche froide en revanche pour Publicis, dont le titre décroche d'un peu plus de 2% après des résultats 2016 sans éclat et des perspectives ternes elles aussi. 'Le premier semestre 2017 portera encore les traces des difficultés passées, mais dès le second le groupe devrait pouvoir afficher des chiffres plus en ligne avec ceux de ses concurrents', a ainsi indiqué le président du directoire Maurice Lévy.

Lourdeur du secteur automobile avec Valéo et Renault (-1,1%) puis de la défensive Pernod Ricard (-1,2%).

Au sein du SBF120, Eutelsat (+9,5%) écrase la concurrence après publication d'un chiffre d'affaire supérieur aux attentes.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant