CAC40: reste en repli après l'attentat de Nice.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris devrait finir la semaine sur une note négative, au lendemain de l'attentat qui a endeuillé Nice et qui pèse notamment sur les valeurs liées au tourisme.

Vers 16h30, le CAC 40 recule d'un peu moins de 0,5% à 4.365 points, mais a tout de même grimpé de plus de 4% depuis lundi.

Aux prises de bénéfices s'ajoute le retour de la menace terroriste, quelques heures après l'attaque perpétrée sur la Promenade des Anglais à Nice, peu après la fin du feu d'artifices du 14 juillet. Celle-ci a selon un dernier bilan fait 84 morts, auxquels s'ajoutent 18 blessés dans une situation d''urgence absolue'.

Cet attentat, au coeur de la deuxième ville la plus visitée de France et dans une région particulièrement prisée des vacanciers, porte un nouveau coup aux valeurs liées au tourisme. Accor est ainsi lanterne rouge du CAC 40 et du SBF 120 (-4%), tandis que les titres Air France-KLM et Europcar cèdent respectivement 2,2 et 3,7%.

'On accuse le coup après l'attaque terroriste d'hier soir', commentait ce matin un trader. 'On sait très bien que cela va avoir un impact, notamment sur le secteur du voyage', a-t-il ajouté.

Sur le marché des changes, l'euro cède désormais 0,3% environ à 1,1089 dollar, tandis que le baril de Brent s'est retourné à la hausse et grimpe de 0,9% à 47,8 euros.

Enfin, en matière d'indicateurs, le taux d'inflation annuel de la zone euro a été mesuré à 0,1% en juin, contre -0,1% en mai, a rapporté Eurostat, qui a ainsi confirmé son estimation rapide pour le mois dernier.

Toujours selon l'office statistique de l'Union européenne (UE), l'excédent commercial de la zone euro s'est établi à 24,6 milliards d'euros au titre du mois de mai, en croissance de 2% en glissement annuel.

Outre-Atlantique, les prix à la consommation ont augmenté de 0,2% en séquentiel en juin, d'après le Département du Travail, conformément à la prévision moyenne des économistes et après une progression similaire le mois précédent.

Les ventes au détail ont pour leur part crû de 0,6% le mois dernier, grâce notamment au rebond des prix de l'essence, après +0,2% et alors que le consensus prévoyait une hausse de seulement 0,1%.

La production industrielle a augmenté dans les mêmes proportions en séquentiel en juin, contre là aussi +0,1% seulement attendu par le marché et après un repli de 0,3% en mai (-0,4% en estimation initiale).

Déceptions en revanche du côté de l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan, mesuré à 89,5 points en juin en première estimation, après 93,5 et contre 93 escomptés par le marché, ainsi que sur le front de l'indice Empire State de la Fed de New York. Ce dernier s'est établi à 0,55 points ce mois-ci, après être ressorti à 6 points en juin. S'il demeure au-dessus du seuil de zéro pour le deuxième mois d'affilée, ce chiffre constitue une mauvaise surprise pour les économistes qui pariaient en effet sur repli beaucoup moins marqué autour de 5 points.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant