CAC40: reperd 50Pts avec chute pétrolières et repli W-Street

le
0

(CercleFinance.com) - Quelque chose ne fonctionne pas dans la mécanique haussière mise en place ce lundi matin, et le grain de sable s'appelle Wall Street.

Et pourtant, le CAC40, parti de zéro à 9H avait bondi de presque +1% pour s'en aller tester 4.420Pts, un nouveau 'plus haut' depuis le 'Brexit'... avant de s'affaisser très graduellement au contact des 4.400Pts (+0,5%) puis de basculer dans le rouge (-0,25%) dans le sillage du Dow Jones et du 'S&P' (-0,5%).

L'euphorie initiale avait été ravivée par le 'moins pire que prévu' de l'indice IFO publié ce matin en Allemagne: c'est la première estimation post 'Brexit' et un vif repli était anticipé, vu les discours catastrophistes tenus par les 'milieux d'affaires' en cas de sortie du Royaume Uni.

Anticipé en repli de 108,7 vers 107,5, l'IFO ressortait en fait à 108,3: juillet fut presque un mois comme un autre, les entreprises allemandes n'ont pas basculé dans la déprime.

Et puis, les marchés demeurent convaincus que les banques centrales continueront de tout faire pour les soutenir, coûte que coûte, et peu importe que cela n'ai aucun effet sur l'économie réelle (la FED communiquera ce mercredi, la BoJ vendredi... avec l'espoir qu'elle se renie et opte en définitive pour des taux directeurs encore plus négatifs).

En ce qui concerne les trimestriels, aucun mauvaise surprise à redouter: le 'moins pire que prévu' sera systématiquement au rendez-vous comme il l'est depuis 15 jours (cela s'appelle 'le pilotage des anticipations').

La semaine sera particulièrement riche avec une déferlante de résultats en Europe et aux Etats-Unis - BP, Caterpillar, McDonald's, Apple, Bayer, BASF, Facebook, Shell, Credit Suisse, Alphabet, Barclays, ExxonMobil, Airbus Group, Michelin, BNP Paribas, Total, L'Oréal, ArcelorMittal pour ne citer qu'eux -, mais aussi la décision de la Fed et les stress tests bancaires européens.

'La question va être de prendre la mesure de l'état de santé des banques italiennes', souligne un gérant à ce propos.

Sur le marché des changes, l'euro grappille 0,1% face au dollar à 1,0984 alors que le baril de 'WTI' confirme largement la cassure des 44,6 (-2% environ à 43,15$): la correction du pétrole est sans aucune commune mesure avec le raffermissement à la marge du billet vert.

Concernant les valeurs, les pétrolières plombent le CAC40 avec Total -2%, Technip -3%, et Vallourec chute de -5% (lanterne rouge du SBF120).

Symétriquement, Seb engrange 7% et domine le SBF 120 (nouveau record absolu à 122,6E).

Le groupe a fait état ce lundi matin d'une croissance de 2,4% de ses ventes au titre du premier semestre, tandis que son bénéfice net a crû de 8 millions d'euros sur un an à 62 millions. Dans ces conditions, Seb dit viser pour 2016 une croissance organique de ses ventes supérieure à 5% ainsi qu'une progression de son résultat opérationnel d'activité supérieure à 10%.

Deuxième du palmarès, Sartorius Stedim Biotech (avec +4,5%) a également enregistré une amélioration de ses résultats à fin juin. Surtout, la société vise désormais une croissance de son chiffre d'affaires de 17 à 20% à taux de change constant, contre une prévision précédente dans une fourchette comprise entre 12 à 16%.

A contrario, le titre Air France-KLM cède 2,5% alors que 2 organisations syndicales représentatives de personnels navigants commerciaux (SNPNC-FO et UNSA-PNC) de la compagnie aérienne française ont maintenu leur préavis de grève pour la période du 27 juillet au 2 août prochains, ce qui montre que les tensions sociales sont encore fortes.

Enfin, GTT cède encore 2%, les investisseurs poursuivant leurs dégagements après l'avertissement lancé jeudi soir par le spécialiste du transport du GNL.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant