CAC40: rechute sous les 4700, W-Street en ordre dispersé.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a un peu lâché prise en fin de séance, retombant de -1% vers -1,57% (4.682 au final) au cours du dernier quart d'heure.

Ce n'est pas rassurant, d'autant que Paris affichait jusqu'à -2% à une heure de la clôture, avec un 'plus bas du jour' à 4.656Pts.

Les valeurs bancaires, l'ensemble du secteur des produits de base ont pesé sur la cote mais une embellie se dessine du côté de l'énergie avec un baril de qui tente d'inverse la vapeur à 37,7$ après avoir inscrit un plancher à 36,64$ (le 'WTI' chutait alors de plus de 2,5%).

L'effondrement des conglomérats miniers (Glencore, Anglo-American, Freeport Mc Moran, Rio Tinto, etc.) avec des réductions drastiques des capacités de production (souvent de plus de moitié par rapport à 2014) invite à se poser des questions sur la vigueur (ou plutôt la faiblesse) de la demande émanant du premier acheteur mondial, la Chine (si les achats ont également chuté de moitié en 2 ans, de combien progresse vraiment le PIB ?).

Les banques tanguent également sérieusement alors que les valeurs pétrolières et parapétrolières s'effondrent toujours, alimentant la crainte que des centaines de milliards de dettes 'high yield' émises par les producteurs de pétrole et gaz de schiste ne viennent à faire défaut, un peu à l'image des 'subprime' en 2007/2008.

Les indices US évoluent en ordre dispersé avec -0,9% pour le Dow Jones, -0,7% sur le 'S&P' mais le Nasdaq tente un retour à l'équilibre (-0,2%) dans le sillage des 'biotechs', des valeurs avec des PER astronomiques et parfois des chiffres d'affaire anecdotiques... mais les opérateurs semblent acheter une part de rêve.

Du coté des statistiques, le déficit commercial de la France s'est creusé au mois d'octobre, passant à 4,6 milliards d'euros contre -3,6 milliards d'euros en septembre, soit un niveau comparable à celui de la même période de l'an dernier (-4,4 milliards en octobre 2014).

Le PIB corrigé des variations saisonnières affiche une progression de 0,3% dans l'eurozone et de 0,4% dans l'UE28 en séquentiel au troisième trimestre, a rapporté Eurostat en fin de matinée, ce qui motive une remontée de l'euro vers 1,0880 face au Dollar.

Dans ce contexte de repli des prix du pétrole, des titres comme CGG (-6,1%), Vallourec et Total (-1 à -1,2%) et Technip (-1,7%) continuent de subir de lourds dégagements.

EDF lâche 4% après l'annonce de sa prochaine sortie du CAC 40 et Publicis perd 2% sur des informations évoquant la perte du contrat Procter & Gamble en Amérique du Nord.

Crédit Agricole et Sté Générale ferment la marche avec des scores de -12,8% et -3,1% respectivement.

Les valeurs des télécoms sont, elles, restées bien orientées sur des nouvelles spéculations faisant état de l'intérêt d'Orange pour Bouygues Télécom. Iliad affichait +1%, suivi par Bouygues (+1,2%).

Klépierre (+0,3%) restait stable, soutenu par la perspective de sa prochaine inclusion au sein du CAC 40.

Le conseil scientifique des indices d'Euronext a décidé d'intégrer le titre Europcar (inchangé à 11,78E) au sein du SBF 120.

Altamir a annoncé le rachat via le fonds Apax France VIII de Melita. Cette société est le premier opérateur de réseaux de télécommunications convergents à Malte, avec 99% des foyers et logements maltais câblés et plus de 110 000 abonnés.

Société Générale a annoncé également avoir ajouté le titre Carrefour (-2,1%) à sa liste de valeurs européennes préférées, la 'SG Premium List'.

Le bureau d'études explique sa décision par la recommandation 'surpondérer' qu'il affiche sur la distribution alimentaire, un secteur qu'il juge attractif en vue du regain de dynamique inflationniste attendu pour 2016.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant