CAC40: quand le marché n'a qu'un sens a t'il encore du sens?

le
0

(CercleFinance.com) - Que dire ? Les analystes technique expliqueront que 'bull, c'est bull'.

La preuve, c'est qu'aucun signe de faiblesse n'est décelable sur le CAC40 ou l'E-Stoxx50, à aucun moment d'ailleurs, depuis fin juin.

Cela ne les intrigue pas, c'est comme une sorte de conte des '1000 et une nuits' ou tout se déroule toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes, où les oscillateurs sont systématiquement et simultanément haussiers, toutes unités de temps confondues.

Jamais un 'marché', suracheté jusqu'à l'incandescence, avec des multiples astronomiques ne leur semble jamais mûr pour une consolidation: techniquement, ça reste toujours 'bull'.

Le 'hasard' fait merveilleusement les choses, 90% du temps, c'est 100% haussier, rien de singulier, ça monte, 'c'est comme ça'.

Le CAC40 ne peut plus rebaisser: il avait fléchi de -0,25% vers 4.409 peu après 14H30 (suite au calamiteux PIB américain) mais le 'gap' des 4.405 n'a même pas pu être refermé.

Le CAC40 était vite remonté à l'équilibre, puis s'est trouvé propulsé de 4.432 vers 4.440 durant le 'fixing', pour en terminer à un niveau qui n'a jamais été approché en séance et qui semble même totalement inconcevable à la lecture des chiffres du PIB américain au 2ème trimestre 2016 (+1,2% contre +2,6% anticipé, après +0,8% révisé de +1,1% au 1er trimestre).

De mauvais chiffres, des résultats en baisse, des attentats ?

Un 'coup d'algo' et c'est reparti de plus belle à la hausse : Paris gagne +1,35% sur la semaine et affiche +5,85% de performance globale sur le mois de juillet, l'un des meilleurs du 21ème siècle.

Au-delà de 4.440, les opérateurs peuvent se remettre à espérer 4.550: c'est entre les mains des banques centrales... ce sont elles qui font les cours, et la Bank of Japan ne s'en cache même pas.

Elle était déjà N°1 à Tokyo sur les achats d'ETF actions: elle vient d'annoncer qu'elle va doubler la taille de ses achats.

Comme çà, il n'y a désormais plus qu'elle sur le marché japonais, unique acheteuse et ramassant tout ce qui se présente (elle intervient également sur des indices étrangers, toujours via les ETF).

Vous avez dit 'analyse technique', 'psychologie des foules', 'économie de marché' ?

C'est juste un théâtre de marionnettes où les analystes techniques font semblant depuis des années (mi-2012) de ne pas voir les ficelles attachés au bout des mains -plus du tout invisibles- des banques centrales.

D'où la question initiale: quand le marché n'a qu'un sens a t'il encore du sens ?

Est-ce encore un 'marché'... ou une simple chambre d'enregistrement de la valorisation des actifs voulu par les instituts d'émission tout puissants ?


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant