CAC40: préserve les 4.400 grâce à un W-Street invulnérable.

le
1

(CercleFinance.com) - Le CAC40 limite son repli de -0,7% vers 4.409, après avoir rebondi vers 4.395, plancher inscrit à plus de 80Pts du zénith du jour inscrit vers 4.477 en tout début de séance.

La préservation des 4.400Pts est lié à la résilience de Wall Street qui ne lâche rien et poursuit sa stagnation au sein d'un corridor de moins de 1% d'amplitude depuis le 14 juillet (pour le Dow et le 'S&P' qui grappille +0,15% et revient tester son zénith historiques de 2.177 inscrit vendredi).

Notons que le Nasdaq se détache une nouvelle fois avec gain de +0,7% qui lui permet de re-tester les 5.200, un 'plus haut' depuis le 20 juillet 2015, et surtout, un niveau très proche du record absolu inscrit ce jour là, à 5.230Pts.

Pas moins de 2% de variation sur l'Euro-Stoxx50 en intraday: l'indice a culminé vers 3.018Pts puis rechuté vers 2.959 avant d'en terminer en repli de chute de -0,7% vers 2.969Pts, assez près des 'plus bas du jour'.

L'Inversion de vapeur sur les places européennes s'est enclenchée sitôt passé le coup de chapeau au 'stress test' passé avec succès par 50 banques sur 51 auditées au mois de juillet (BMPS est la seule à échouer comme prévu).

Les relais à la hausse ont rapidement manqué, notamment après la publication de PMI manufacturiers en retrait en Europe (sauf en France).

Le PMI allemand retombe de 54,5 vers 53,8, le PMI italien recule de 52 vers 51,8, la bonne surprise provient de la France avec un rebond symbolique de +0,3Pt vers 48,6 (toujours très en-deçà des 50).

Le PMI Markit manufacturier de l'Eurozone s'est pour sa part inscrit très légèrement au-dessus de sa dernière estimation flash de 51,9 à 52 le mois dernier, mais il recule de -0,8 par rapport au mois de juin.

Les intervenants ont pris connaissance de l'indice ISM manufacturier US pour juillet : selon 'Markit', il ressort à 52,9, conformément à son estimation 'flash' et à comparer à 51,3.

L'ISM manufacturier (calculé aux Etats Unis) aurait en revanche reculé de 53,2 vers 52,6.

Enfin, les dépenses de construction au chuté de -0,6% au titre du mois précédent.

Sur le marché des changes, l'euro recule d'un peu moins de 0,2% face au dollar à 1,1157, tandis que le baril de Brent rechute de -3% vers 40,3$ sur le NYMEX.

Entre le PMI de Markit (positif) ou l'ISM (négatif), les spécialistes du pétrole ont visiblement tranché la question... parce que ce n'est pas le $ qui joue le moindre rôle dans l'équation.

A propos des valeurs, BNP Paribas et Société Générale lâchent respectivement -1,5 et 3,7% après les stress tests bancaires européens. Ces dernier ont toutefois révélé que, 'sauf dégradation de la conjoncture, le système ne nécessite pas de recapitalisation', dixit les analystes d'Oddo.

La chute du pétrole a pesé sur Total qui lâche -1,5% puis Technip en repli de -3,25%.

Le titre Legrand (+3,8%) occupe quant à lui la tête de l'indice phare après l'annonce d'un bénéfice net part du groupe stable à fin juin, d'une hausse de 3,1% du bénéfice opérationnel et d'une confirmation des objectifs annuels.

Legrand devance Safran (+2%) puis Kering (nouvelle hausse de +1,4%).

L'action Veolia grappille 0,15% après un la présentation d'un résultat net courant part du groupe de 342 millions au premier semestre, en hausse de 6,4% et de 10,1% à change constant.

A contrario, Air Liquide perd un peu plus de 2,43% après s'être dit confiant pour l'ensemble de l'année 2016 malgré un léger recul de son résultat net au premier semestre.

Casino chute de -5,25% sous les 46E, toujours handicapé par un revers conjoncturel au Brésil.

Enfin, Amundi (+7,4%) s'impose comme large leader du SBF 120 après la divulgation de résultats semestriels attestant d'une belle résistance.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • melvyn1 il y a 10 mois

    peut-etre ont 'ils moins la sinistrose que nous ............................nous c'est toujours le verre à moitié vide qui domine...................c'est triste...................................meme quand dans l'ensemble les résultats des sociétés sont bons, ou disont pas mauvais pour rester dans la sinistrose !