CAC40: ne lâche rien après bonne semaine +bon mois d'octobre

le
0

(CercleFinance.com) - Un tout petit coup de pouce durant le fixing permet au CAC40 (-0,1% à 4.536) d'afficher +1,5% sur la semaine écoulée.

Cette séance des '3 sorcières' fut soporifique de bout en bout: même la demi-heure d'opérations techniques de compensation du contrat 'octobre' (15H30/16H) n'a suscité aucun emballement, aucune petite poussée de fièvre qui rende les échanges un peu plus captivants.

Le repli de la première moitié de l'après-midi s'est enrayé dans la zone des 4.520/4.525Pts... sans que les acheteurs ne se mobilisent: les volumes d'échanges furent incroyablement faibles pour une séance des '3 sorcières' avec 2,3MdsE à 17H29 et 3,1MdsE à 17H35, peut être un record historique d'inactivité.

L'essentiel était que les gains accumulés depuis lundi soient préservés, peu importe par quel artifice algorithmique (on l'a vu jeudi)... et c'est bien le cas.

Mais plus encore, le mois d'octobre de sinistre réputation s'avère très positif pour les places européennes qui ont gagné entre +4 et +5% depuis le 16 septembre dernier (Paris engrange +4,5% depuis les '4 sorcières' du 16/09).

On peut parler de véritable 'résilience', ce vendredi inclus, alors que les indices US évoluent en ordre dispersé avec le Nasdaq à +0,25% tandis que le 'S&P' affiche -0,15% et le Dow Jones près de -0,3%.

Chez nos voisins, la consolidation se fait à la marge avec une stagnation de Francfort et Milan (+0,1%), un repli de -0,2% de Londres, une hausse de +0,4% de Madrid... et l'Euro-Stoxx50 finit à 3.075 contre 3.076 la veille.

Quel pourrait être le catalyseur d'un bon mois de novembre ?

La baisse du Yuan vers 6,73 face au $ ne semble plus pénaliser les marchés, c'est assez rassurant, la hausse du $ face à l'Euro se poursuit, c'est encourageant.

Les élections américaines vont entretenir un petit suspens qui sera levé le 9 novembre au petit matin ?

La réunion quasi-anecdotique de la BCE a eu au moins le mérite d'illustrer le dicton 'pas de nouvelles, bonnes nouvelles'... et cela s'est confirmé à Wall Street qui a juste effacé ses gains symboliques de la veille (-0,15%).

Côté 'stats', pas grand chose à signaler ce vendredi: le moral des consommateurs (ou l'indice de confiance) de la Commission européenne se redresse à -8,0 en 1ère estimation après -8,2 en septembre.

'L'attention va désormais se porter sur la réunion de la BCE du 8 décembre afin d'en savoir davantage sur l'évolution de ses rachats d'actifs de l'institution, mais je m'attends personnellement à ce que la BCE annonce une extension de 6 mois de son programme d'assouplissement quantitatif qui est aujourd'hui de 80 milliards d'euros par mois', pronostique Chris Weston, le stratège en chef d'IG.

Et d'ajouter: 'la fin d'année promet d'être particulièrement volatile, sachant qu'une réunion du FOMC de la Réserve fédérale aura lieu 4 jours plus tard'.

Pour l'heure, en l'absence d'indicateurs, les investisseurs se focalisent aujourd'hui sur la microéconomie.

Sur le marché des changes, l'euro cède 0,4% environ face au dollar à 1,0880, tandis que le baril de WTI se redresse vers 50,7$ (+0,2%) sur le NYMEX.

Du côté des valeurs, Valeo (+2,5%) domine nettement le CAC 40 dans le sillage de comptes du troisième trimestre meilleurs qu'anticipé et d'un relèvement de son objectif de marge opérationnelle 2016.

A l'autre extrémité du palmarès, le titre Essilor dévisse de 5,6% malgré l'annonce d'un chiffre d'affaires à fin septembre en hausse de 5,5% par rapport aux neuf premiers mois de 2015, dont une croissance combinée (base homogène et acquisitions) de 7,8%, amputée par un effet de change défavorable à hauteur de -2,3%.

Les perspectives du leader mondial de l'optique ophtalmique sont il est vrai peu rassurantes : invoquant une conjoncture défavorable dans certains grands pays, Essilor a en effet indiqué rester 'mobilisé pour obtenir des résultats aussi proches que possible de ses objectifs annuels', parmi lesquels une croissance du chiffre d'affaires hors effet de change supérieure à 8%.

Sur le SBF 120, Technicolor lâche pour sa part 8% en raison d'un chiffre d'affaires du troisième trimestre nettement en deçà des attentes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant