CAC40: mauvaises 'stats' éclipsées par la hausse du pétrole.

le
0

(CercleFinance.com) - Ce n'est un bête mauvais chiffre qui va plomber le moral de Wall Street: la rechute de l'indice Empire State (Fed de New York)de +9,56 vers -9,02 est plutôt perçu comme une bonne nouvelle puisque les indices US progressent de +0,5% en moyenne.

La Bourse de Paris semble reproduire inlassablement le scénario de la baisse initiale suivie du retour à l'équilibre puisque le CAC40 ne consolide plus que marginalement (-0,35% à 4.304Pts), reprenant deux tiers du terrain perdu en début de matinée (avec un test des 4.270 à la clé), dans des volumes que l'on peut aisément qualifier d'inexistants (avec mois de 800MnsE échangés en 7 heures et demi de cotations).

L'absence de nombreux intervenants pour la Pentecôte se fait sentir (Francfort, Milan, Zurich sont fermés ce lundi) mais Londres (revenu à l'équilibre) reste ouvert, de même que tous les marchés US.

Cela fait plusieurs semaines que l'activité boursière s'apparente à celle d'un mois d'août tandis que les opérateurs recherchent désespérément une tendance.

La nouveauté, c'est que les gérants ne payent plus les 'creux', mais ils n'osent pas non plus se désengager sachant que les banques centrales font tout pour pousser les indices à la hausse et les rendements obligataires vers le bas.

D'après les analystes techniques, le CAC40 est venu s'appuyer ce matin sur le récent plancher des 4.270Pts tandis que les prochains supports se situent à 4245 et 4150 points, puis au niveau du 'gap' des 4.000 du 12 février dernier.

'Les pertes sont généralisées après des données économiques mitigées en Chine pendant le week-end et les craintes continues entourant le risque de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne à la fin du mois prochain', explique Tony Cross, analyste chez Trustnet Direct.

La production industrielle chinoise n'a augmenté que de 6% au mois d'avril, alors que les économistes visaient une hausse de 6,5%, et les ventes de détail ont augmenté de 10,1% contre un consensus de +10,5%, déjà inférieur au rythme de +11% des mois précédents.

'L'envolée de 63,5% des ventes de logements neufs illustre quant à elle les dangers d'une croissance économique exagérément alimenté par le crédit', mettent en avant les stratèges de SG.

Ce crédit semble poser problème à la banque centrale de Chine qui se demande si les 1,75% de créances douteuses avouées par les banques locales ne seraient pas largement sous-évaluées et camouflées en prêts long terme.

Heureusement, un mauvais indice Empire State de la FED et un indices NAHB qui stagne viennent soutenir la tendance, bien que l'euro reprenne +0,25% à 1,1325 dollar.

Avec la chute -accidentelle- de production pétrolière dans l'Alberta et au Nigéria, le baril de brut léger américain continue de progresser de 2,6% à 47,7$ sur le NYMEX et inscrit un nouveau zénith annuel.

A noter la bonne tenue concomitante de l'or qui repart à l'assaut des 1.300$/Oz (+0,75% à 1.282$)

Du côté des valeurs, Total prend la tête du CAC40 avec +1%.

Symétriquement, une petit vent d'aversion au risque pèse sur le secteur automobile avec Valeo à -2,85%, Peugeot à -1,6% et Renault à -1%.

Au sein du SBF-120, la purge continue pour Eutelsat qui perd encore 6% suite à son sévère 'profit warning' de vendredi (et un plongeon de -27%).

Gemalto lâche plus de 2,4% malgré la signature d'un contrat au Colorado sur une solution pour document d'identité.

Euronext grignote 0,35% sur fond de recommandation favorables des analystes de Société Générale.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant